Nouveau

Têtes décapitées des ennemis assyriens

Têtes décapitées des ennemis assyriens


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


10 horreurs d'être envahi par l'armée assyrienne

Il y a près de 3 000 ans, une nation dont peu se souviennent aujourd'hui a balayé le Moyen-Orient. Ils ont dévasté les villes, torturé les survivants et semé la terreur partout où ils allaient. C'était l'Assyrie et la première nation à faire de sa puissance militaire sa politique centrale et la première nation à tourmenter ses ennemis avec une guerre psychologique.

La vie derrière les murs d'une ville à l'approche de l'armée assyrienne était terrifiante. L'Assyrie s'en est assurée. Ils ont été les pionniers de l'utilisation de la terreur comme arme et ont fait de la vie de leurs ennemis une histoire d'horreur vivante.


Têtes décapitées des ennemis assyriens - Histoire

Cette illustration de 1894 représente des soldats japonais décapitant des captifs chinois pendant la première guerre sino-japonaise. Source de l'image : Wikimedia Commons

Aussi enthousiastes que les gouvernements aient toujours été de couper la tête des criminels, les armées ont été encore plus disposées à décapiter les captifs.

Certains des premiers bas-reliefs représentent des rois tout-puissants d'Égypte et d'Assyrie rassemblant des prisonniers pour les décapiter. Les têtes ont été prises comme prix de guerre depuis l'invention de l'épée, et peu d'armées vaincues à travers l'histoire ont été épargnées.

En 1191, pendant les croisades, Richard Cœur de Lion d'Angleterre s'est frayé un chemin pour prendre le contrôle de la ville musulmane sarrasine d'Acre, près de Jérusalem. Lorsque les négociations ultérieures avec le chef sarrasin, Saladin, se sont retrouvées dans une impasse, Richard a montré qu'il était sérieux en emmenant entre 2 500 et 5 000 prisonniers de guerre musulmans dans les murs de la ville et en leur coupant la tête face à l'armée ennemie. Les négociations reprirent et la troisième croisade se termina par un traité mutuellement acceptable.

Après les Lumières, les sociétés européennes ont eu l'idée que la guerre sanglante et sanglante était un devoir sinistre, plutôt qu'un passe-temps amusant, et le meurtre de captifs a diminué. À l'Est, cependant, couper les têtes des ennemis vaincus était encore une procédure opératoire standard jusqu'au 20ème siècle.

Les Japonais, qui ont émergé d'un profond isolement politique dans les années 1850 et ont immédiatement construit un empire colonial moderne, ont mis leur respect traditionnel pour l'épée à la tâche pratique de nettoyer des villes entières en Corée occupée pendant la première guerre sino-japonaise en 1894-95. . La décapitation a ensuite été complétée par la méthode de tir la plus efficace, mais le fait de trancher la tête des prisonniers a continué jusqu'à la fin de la période impériale.

Une Royal Marine britannique tenant les têtes coupées d'un jeune homme et d'une femme accusés de soutenir le Parti communiste de Malaisie en 1952. Source de l'image: Twitter

Les armées occidentales ont peut-être officiellement cessé de décapiter les captifs au XVIIIe siècle, mais cette attitude éclairée n'a pas toujours touché les troupes (voir ci-dessus). Ce type de violence est utilisé à des fins psychologiques par les forces d'opérations spéciales du monde entier, telles que la Légion étrangère française, qui enseigne à ses troupes à laisser les soldats ennemis décapités à l'air libre pour une valeur de choc.


La Bible a raison sur la brutalité des Assyriens

Les Assyriens ont créé un énorme empire. Ils maîtrisaient l'art de la guerre. Malheureusement pour leurs ennemis, les Assyriens maîtrisaient aussi les techniques de torture. Et ils s'en sont vantés !

Les Assyriens ont représenté la torture en détail sur les murs des palais impériaux. Ils ont créé des tablettes contenant toutes les punitions infligées par l'armée assyrienne. Ils ont coupé les membres, crevé les yeux, puis laissé errer ces pauvres victimes. Ces pauvres gens servent de rappel vivant de la cruauté des Assyriens.

La cruauté n'a pas blessé seulement les ennemis, les soldats assyriens ont aussi souffert. Les soldats voyaient et entendaient les fantômes des ennemis tués. Ce sont les symptômes du trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Les Assyriens étaient fiers des exécutions massives. Ils aimaient empaler leurs victimes sur de gros pieux. De tels spectacles ont insufflé la terreur et la peur au reste de la population. Pour les rois assyriens, c'était une vitrine de leur pouvoir.

Le pieu était enfoncé dans le corps sous les côtes et non à travers l'anus comme il était d'usage à l'époque médiévale. Le poids de la victime a fait que les pointes ont fait saillie de plus en plus profondément dans le corps. La mort lente était terrifiante !

2000 ans plus tard, Vlad Tepes, alias le comte Dracula, apprendrait des Assyriens et empalerait des milliers d'Ottomans.

Écorchure - la peau de la victime a été accrochée au mur de la ville

Le relief représentant les Assyriens écorchant leurs prisonniers vivants (Image: Wikimedia Commons)

Les rois assyriens aimaient écorcher les chefs rebelles. Le processus d'écorchage commencerait au niveau des fesses, des cuisses ou du bas des jambes. Ils coupaient la peau en lanières et l'arrachaient à la victime vivante. La peau de la victime a été accrochée dans un endroit visible comme un rappel pour le reste des citoyens.

Broyage d'os pour effacer la mémoire des ancêtres​

Le relief représentant des nobles capturés en train de broyer les os de leurs ancêtres (Image : britishmuseum.org)
Les Assyriens ont forcé les nobles capturés à broyer les os de leurs ancêtres. Ce faisant, ils ont effacé les preuves de leur légitimité à gouverner. Cela faisait partie de la torture psychologique. Il montrait le pouvoir absolu des rois assyriens sur les nations assujetties.

Décapitation​

Le relief assyrien représentant des soldats avec des têtes coupées à leurs pieds (Image: listverse.com)
Les soldats décapitaient les ennemis vaincus et construisaient des pyramides avec leurs têtes. Les Assyriens décoraient également les arbres des têtes de leurs ennemis.

L'un des récits assyriens se vante même du collier fait de têtes coupées.

Amputations de membres, aveuglement, castration et brûlures vives​

Les Assyriens étaient très créatifs à propos de la brutalité. Ils coupaient les jambes, les bras, le nez, la langue, les oreilles et les testicules. Ils crevaient les yeux de leurs prisonniers. Ils brûleraient vifs les petits enfants.

L'armée assyrienne était une armée professionnelle et elle était bien organisée. Ainsi, leur cruauté et leur brutalité étaient systématiques.

Les rois assyriens ont utilisé la brutalité comme une arme. La guerre psychologique a fonctionné. La nouvelle d'une terreur extrême se répandit rapidement. Les villes entières se rendirent à la simple vue de l'approche de l'armée assyrienne.

Les rois assyriens se vantaient de leur cruauté. Ils le considéraient comme leur droit divin.

Finalement, l'extrême cruauté s'est retournée contre lui. L'empire assyrien, affaibli par la guerre constante, a été attaqué par de nombreux ennemis. Les Assyriens ont vaincu et personne ne les a manqués.

Conclusion
La brutalité des Assyriens était extrême, même pour les anciennes normes de cruauté. Les Assyriens savaient que la brutalité était un outil très efficace de guerre psychologique. Leurs adversaires ont réfléchi à deux fois avant de déclencher une guerre avec eux.

Collant

Membre de la Haute Suprématie

70 secondes

Membre Suprématie

Qui étaient les Assyriens dans la Bible ?​

Les Assyriens étaient les habitants d'un pays qui devint un puissant empire dominant le Moyen-Orient biblique du IXe au VIIe siècle av. Ils ont conquis une zone qui comprend aujourd'hui l'Irak, la Syrie, la Jordanie et le Liban. Au VIIe siècle av. J.-C., l'Assyrie occupait et contrôlait les rives orientales de la mer Méditerranée. La capitale de l'Assyrie était Ninive, l'une des plus grandes villes de l'Antiquité. Des fouilles en Mésopotamie ont confirmé la description de la Bible selon laquelle il fallait trois jours de voyage pour faire le tour de cette ville (Jonas 3:3). Les Assyriens étaient une nation féroce et cruelle qui a montré peu de pitié envers ceux qu'ils ont vaincus (2 Rois 19:17).

Les Assyriens étaient une épine dans le flanc d'Israël. À partir de 733 av. J.-C. sous le roi Tilgath-pileser, l'Assyrie s'empara des terres du royaume du Nord et emmena les habitants en exil (2 Rois 15:29). Plus tard, à partir de 721 avant JC, le roi assyrien Shalmaneser a assiégé la capitale d'Israël, Samarie, et elle est tombée trois ans plus tard (2 Rois 18:9-12). Cet événement a accompli la prophétie d'Ésaïe selon laquelle Dieu utiliserait l'Assyrie comme « la verge de sa colère » (Ésaïe 10 :5-19), c'est-à-dire que l'Empire assyrien mettait en œuvre le jugement de Dieu contre les Israélites idolâtres. Le Dieu souverain s’attribue pleinement le mérite de la source de l’autorité de l’Assyrie (comparez Ésaïe 7 :18 8 :7 9 :11 et Daniel 4 :17). L'histoire laïque rapporte qu'en 703 av. J.-C. l'Assyrie sous le roi Sennachérib a supprimé un défi chaldéen majeur.

Compte tenu de la menace assyrienne contre Israël, il est compréhensible que le prophète Jonas n'ait pas voulu se rendre à Ninive (Jonas 1:1-3). Quand il est finalement arrivé dans la capitale assyrienne, Jonas a prêché le jugement imminent de Dieu. Après avoir entendu le message de Jonas, le roi d'Assyrie et toute la ville de Ninive se sont repentis, et Dieu a détourné sa colère pour un temps (Jonas 3:10). La grâce de Dieu s'étendit même aux Assyriens.

La quatorzième année du règne d'Ézéchias, en 701 avant JC, les Assyriens sous Sennachérib prirent 46 des villes fortifiées de Juda (Ésaïe 36 : 1). Puis ils assiégèrent Jérusalem – le roi assyrien grava sur sa stèle qu'il avait fait attraper le roi de Juda comme un oiseau en cage dans son propre pays.

Cependant, même si l'armée de Sennachérib a occupé Juda jusqu'aux portes de Jérusalem, et même si l'émissaire de Sennachérib, Rabshakeh, se vantait contre Dieu et Ézéchias (Ésaïe 36 :4-21), l'Assyrie a été repoussée. Ézéchias pria et Dieu promit que les Assyriens ne mettraient jamais les pieds à l'intérieur de la ville (Ésaïe 37 :33). Dieu tua 185 000 forces assyriennes en une nuit (Ésaïe 37 :36) et Sennachérib retourna à Ninive où il fut tué par ses propres fils alors qu'il adorait son dieu Nisroch (Ésaïe 37 :38).

En 612 av. Ainsi, alors que l'empire babylonien s'élevait, l'Assyrie a laissé tomber les pages de l'histoire.


Contenu

    (2013) - un arbitre de football amateur brésilien, [1] a été lynché, écartelé et décapité par des spectateurs de football à Pio XII après avoir poignardé un joueur lors d'un match qu'il a arbitré le 30 juin 2013. Les spectateurs ont ensuite mis sa tête sur un pieu dans le milieu du terrain. Une vidéo virale a ensuite fait surface montrant des responsables médicaux rassemblant son corps. [2][3][4] (2013) – Joueur de football brésilien, assassiné et décapité par des trafiquants de drogue présumés. [5]
    (2008) - assassiné et décapité dans le bus Greyhound Canada à Portage la Prairie, Manitoba
  • Fribjon Bjornson (2012) - tête coupée trouvée dans la réserve de Nak'azdli près de Fort St. James, en Colombie-Britannique[6]
    (桓齮, 227 av. J.-C.) - le général traître Qin, sa tête coupée a joué un rôle dans la tentative d'assassinat de Jing Ke contre le roi Qin (韓信, 196 av. J.-C.) - exécuté par l'impératrice Lü (關羽, 219) - exécuté pendant la guerre civile par Sun Quan (關平, 219) – fils de Guan Yu, exécuté pendant la guerre civile par Sun Quan (文天祥, 1283) – érudit et général (夏完淳, 1647) – poète, exécuté par le fonctionnaire Qing Hong Chengchou qui a trahi Ming avant la chute de la dynastie Ming. (聖劉方濟, 1648) - décapité à Fogang, Chine (1857) - botaniste et explorateur allemand exécuté par le souverain de Kashgar (譚嗣同, 1898) - exécuté avec cinq autres par l'impératrice douairière Cixi
    (1693) - exécuté à Copenhague pour sorcellerie (1723) - exécuté à Copenhague pour lèse-majesté (1752) - exécuté à Logstor pour incendie criminel [7] (1772) - exécuté à Copenhague pour lèse-majesté (1772) - exécuté à Copenhague pour la lèse-majesté
  • Kim Wall (2017) – son corps a été retrouvé démembré et décapité dans un sous-marin. Voir Meurtre de Kim Wall. [citation requise]
    (1076) - exécuté à Winchester par ordre de Guillaume Ier pour avoir participé à la révolte des comtes, prince de Galles (1283) - pendu, tiré et écartelé à Shrewsbury par Edward I pour trahison (1305) - combattant de la résistance écossais, pendu , dessiné et écartelé par Edward I (1312) - exécuté près de Warwick par Thomas, 2e comte de Lancaster dans la révolte du baron - Lord High Steward (1322) - exécuté au château de Pontefract par Edward II d'Angleterre (1326) - exécuté à Hereford par Reine Isabelle, régente d'Edouard III (1326) - pendu, écartelé par ordre de la reine Isabelle - Lord Wardens of the Cinque Ports (1330) - exécuté à Winchester par la reine Isabelle, régente d'Edouard III - Lord High Treasurer (1381) – exécuté à Tower Hill par des rebelles pendant la révolte des paysans – Lord Chancelier, archevêque de Cantorbéry et évêque de Londres (1381) – exécuté à Tower Hill par des rebelles pendant la révolte des paysans – marchand et financier londonien (1381) – décapité à Londres par les rebelles pendant la Ré des Paysans volt - juge en chef du banc du roi, chancelier de l'Université de Cambridge (1381) - exécuté à Bury St Edmunds par des rebelles pendant la révolte des paysans (1381) - décapité à Londres sur ordre du maire de Londres pendant la révolte des paysans Révolte (1381) - pendu, écartelé à St Albans après la révolte des paysans, KG (1388) - exécuté à Tower Hill par le Parlement impitoyable pour avoir soutenu Richard II d'Angleterre [8] (1388) - exécuté à Tower Hill par le Parlement impitoyable pour avoir soutenu Richard II d'Angleterre[8]
  • Sir John Emsley (1388) - exécuté à Tower Hill par le Parlement impitoyable pour avoir soutenu Richard II d'Angleterre[8] , KG (1397) - exécuté à Tower Hill sur ordre de Richard II d'Angleterre[8] , Sir John Bussy et Sir Henry Green (1399) - exécuté au château de Bristol par le duc de Hereford (bientôt Henri IV d'Angleterre) (1400) - exécuté à Cirencester sous le règne d'Henri IV pour l'Épiphanie (1400) - exécuté à Bristol sur ordre de Henry IV for the Epiphany Rising , KG - Lord Great Chamberlain and Justice of Chester (1400) - exécuté au château de Pleshey, Essex par ordre de Joan Fitzalan, comtesse de Hereford, avec l'approbation de son gendre Henri IV, pour l'Epiphany Rising, KG (1400) - exécuté à Cirencester pendant le règne d'Henri IV pour l'Epiphany Rising, KG - Earl Marshal (1400) - exécuté à Cirencester pendant le règne d'Henri IV pour l'Epiphany Rising (1400) - décapité à Tyburn pendant règne d'Henri IV pour le soulèvement de l'Épiphanie (1403) - exécuté par ordre d'Henri IV (Han ged, étiré et écartelé)
  • Sir David Walsh (1403) - exécuté sur ordre d'Henri IV (pendu, tiré et écartelé)
  • Danney Parsons (1403) - exécuté sur ordre d'Henri IV (pendu, étiré et écartelé) - Earl Marshal (1405) - exécuté à York sur ordre d'Henri IV pour trahison [9] , archevêque d'York (1405) - exécuté à York par ordre d'Henri IV pour trahison [10]
  • Sir William de Plumpton (1405) - exécuté sur ordre d'Henri IV pour trahison (1415) - exécuté à Southampton sur ordre d'Henri V d'Angleterre pour son implication dans le complot de Southampton, KG (1415) - exécuté à Southampton sur ordre d'Henry V d'Angleterre pour son implication dans le complot de Southampton (1450) - décapité en mer, peut-être sur ordre de Richard Plantagenet, 3e duc d'York (1450) - décapité à Londres par des rebelles dirigés par Jack Cade (1459) - exécuté après la bataille de Blore Heath pour être un Lancastre, KG, PC - Lord Chancellor (1460) - exécuté après la bataille de Wakefield pour être un Yorkiste (1460) - exécuté sur ordre de Lord Clifford pour être un Yorkiste (poignardé à mort pendant la bataille de Wakefield et plus tard décapité) , Président de la Chambre des communes (1461) - décapité par une foule de Londres (1461) - exécuté après la bataille de Mortimer's Cross pour avoir été un Lancastre (1461) - exécuté sur ordre de Marguerite d'Anjou après la deuxième bataille de St Albans pour avoir été Yorkiste (1461) - ex exécuté par ordre de Marguerite d'Anjou après la deuxième bataille de St Albans pour être un Yorkiste (1461) - exécuté après la bataille de Towton pour être un Lancastre - 1er comte de Wiltshire (1461) - exécuté après la bataille de Towton pour être un Lancastre
  • Lord Aubrey de Vere (1462) - fils de John de Vere, 12e comte d'Oxford (1462) - décapité pour trahison à Tower Hill par ordre de John Tiptoft, 1er comte de Worcester[8] (1462) - décapité pour trahison à Tower Hill par ordre de John Tiptoft, 1er comte de Worcester (1462) - décapité pour trahison à Tower Hill par ordre de John Tiptoft, 1er comte de Worcester (1464) - décapité après la bataille de Hexham pour avoir été un Lancastre (1464) - décapité à Newcastle après la bataille de Hexham pour être un Lancastre (1464) - décapité à Newcastle après la bataille de Hexham pour être un Lancastre (1464) - décapité à Middleham après la bataille de Hexham pour être un Lancastre
  • Sir William Tailboys (1464) - exécuté après la bataille d'Hexham pour avoir été Lancastre
  • Sir Touchus Winterton (1469) - exécuté à York sur ordre d'Edouard IV pour avoir été Lancastre
  • Sir Charles Winterton (1469) - frère de ci-dessus - exécuté à York par ordre d'Edouard IV pour être un Lancastre - Lord High Treasurer et Lord Warden of the Cinque Ports (1469) - exécuté par ordre de Richard Neville, 16e comte de Warwick pour être Yorkiste (1469) - fils d'en haut - exécuté sur ordre de Richard Neville, 16e comte de Warwick pour avoir été Yorkiste
  • Sir Richard Smith (1469) - exécuté pour trahison à Salisbury pour être un frère lancastre de Sir Hugh Courtenay et des 14e et 15e comtes de Devon qui ont tous été exécutés pour être Lancastre (respectivement en 1471, 1461 et 1471) (1469) - exécuté après la bataille d'Edgecote Moor pour être un Yorkiste (1469) - exécuté après la bataille d'Edgecote Moor pour être un Yorkiste, également fils illégitime de ce qui précède (1469) - capturé et exécuté à Bridgewater pour être un Yorkiste (1470) - exécuté sur le champ de bataille de Losecote par ordre d'Edouard IV pour être Lancastre
  • Sir Lawrence Davis (1470) - exécuté sur le champ de bataille de Losecote par ordre d'Edouard IV pour être un Lancastre (1470) - fils de Richard Welles exécuté après la bataille de Losecoat par ordre d'Edouard IV pour être un Lancastre - Lord High Treasurer (1470) – exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VI pour être Yorkiste [8] (1471) – décapité après la bataille de Tewkesbury pour être Lancastre (1471) – décapité après la bataille de Tewkesbury pour être Lancastre
  • Sir Hugh Courtenay (1471) - décapité après la bataille de Tewkesbury pour être un Lancastre (1471) - décapité après la bataille de Tewkesbury pour être un Lancastre
  • Ben Glover (1471) - décapité après la bataille de Tewkesbury pour être un Lancastre [11] (le fils aîné de Sir John Delves, qui a été tué dans la bataille.) - député de Buckinghamshire, Huntingdonshire et Northamptonshire, haut shérif de Cambridgeshire et Huntingdonshire, haut shérif du Sussex, haut shérif du Surrey, contrôleur de la maison, président de la Chambre des communes (1471) - décapité après la bataille de Tewkesbury pour avoir été Lancastre
  • Sir John Langstrother - Grand Prieur de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1471) - décapité après la bataille de Tewkesbury pour être un Lancastre (1471) - exécuté au château de Middleham ou à Southampton sur ordre d'Edouard IV pour être un Lancastre [12] (1483) - exécuté sur ordre de Richard III (1483) - exécuté près de la chapelle de la tour sur ordre de Richard III[8] - Lord High Constable (1483) - décapité à Shrewsbury sur ordre de Richard III - Chief Butler of England (1483) – exécuté au château de Pontefract sur ordre de Richard III (1483) – exécuté au château de Pontefract sur ordre de Richard III
  • Sir Thomas St. Leger (1483) - décapité à Exeter pour rébellion contre son beau-frère Richard III
  • Sir George Browne (1483) - décapité à Tower Hill pour rébellion contre Richard III (1485) - décapité à Leicester sur ordre d'Henri VII d'Angleterre après la bataille de Bosworth pour avoir été Yorkiste (1495) - exécuté à Tower Hill sur ordre de Henri VII d'Angleterre pour avoir soutenu le prétendant Perkin Warbeck [8] (1495) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VII d'Angleterre pour avoir soutenu le prétendant Perkin Warbeck (1497) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VII d'Angleterre pour s'opposant à la taxation [8] - Héritier du trône anglais du 9 avril 1484 - mars 1485 (1499) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VII d'Angleterre[8] (1502) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VII de L'Angleterre pour trahison [8]
  • Sir Leon Taylor (1502) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VII d'Angleterre pour trahison [8] - Président de la Chambre des communes (1510) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour extorsion [8] – Président de la Chambre des communes, chancelier du duché de Lancaster (1510) – exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour extorsion [8] – Haut amiral d'Écosse (1511) – exécuté lors de sa capture en tant que pirate, selon les ballades. (1513) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre en tant que prétendant au trône Yorkiste [8] , KG - Lord High Steward et Lord High Constable (1521) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre en tant que demandeur au trône [8] (1531) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour complot avec l'Écosse [8] - évêque catholique de Rochester (1535) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir refusé de prêter serment de suprématie[8] (1535) - pendu, écartelé à Tyburn pour avoir refusé de prêter serment de suprématie - chevalier, lord chancelier, chancelier du duché de Lancaster, président de la Chambre des communes (1535) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir refusé de prêter serment de suprématie[8] - Reine d'Angleterre et épouse d'Henri (1536) - exécutée par l'épée à la Tour de Londres sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison[8 ] (1536) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison[8] - Gr oom of the Stool (1536) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison[8] , KB - Groom of the Privy Chamber (1536) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour High Trahison[8] - Gentleman of the Privy Chamber (1536) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison[8] (1536) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison[ 8] , KG (1537) - décapité à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir participé au pèlerinage de Grâce[8] - Majordome en chef d'Angleterre (1537) - décapité à Lincoln sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir été dans le pèlerinage de la grâce
  • Adam Chen (1537) - pendu, tiré et écartelé par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir participé à la rébellion de Bigod
  • Sir Colin Keast (1538) - décapité à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir participé à la rébellion de Bigod[8] (1539) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir participé à la conspiration d'Exeter[8] , KG, PC, Lord Warden of the Stannaries (1539) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir participé à la conspiration d'Exeter[8] , KG, PC - Master of the Horse (1539) - exécuté à Tower Hill par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir participé au complot d'Exeter[8] (1539) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour avoir été impliqué dans le pèlerinage de Grâce[8] (1539) - exécuté sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour le catholicisme [8] (1539) - exécuté sur Glastonbury Tor par ordre de Thomas Cromwell (pendu, tiré et écartelé)
    , KG, PC - secrétaire d'État, maître des rôles, Lord Privy Seal, gouverneur de l'île de Wight, juge à Eyre, Lord Great Chamberlain (1540) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour trahison [ 8] (1540) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison et sodomie [13] - Lord adjoint d'Irlande (1541) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison après avoir autorisé l'évasion de son neveu Gerald FitzGerald, 11e comte de Kildare[8] (1541) - exécuté à Tower Green sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison[8] (1541) - exécuté à Tyburn sur ordre d'Henri VIII pour haute trahison trahison (adultère avec la reine) - Reine d'Angleterre et épouse d'Henry (1542) - exécutée à Tower Green par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison[8] - épouse de George Boleyn, vicomte Rochford et belle-sœur exécutés d'Anne Boleyn (1542) - exécuté à Tower Green par ordre d'Henri VIII d'Angleterre pour haute trahison [8]
  • Sir John Neville de Chevet (1546) - exécuté sur ordre d'Henri VIII d'Angleterre, KG - Earl Marshal (1547) - exécuté à Tower Hill sous le règne d'Henri VIII d'Angleterre pour trahison [8] - Master-General of the Ordnance , Lord Warden of the Cinque Ports, Lord High Admiral, était également le mari de la sixième épouse et veuve d'Henry VIII Catherine Parr et le frère de la troisième épouse d'Henry Jane Seymour (1549) - décapité pour trahison à Tower Hill sous le règne d'Édouard VI of England[8] , KG, PC, Earl Marshal, Lord High Treasurer, Lord High Admiral, Lord Protector of England dans la période comprise entre la mort d'Henri VIII en 1547 et son propre acte d'accusation en 1549 (1552) - exécuté à Tower Hill pendant le règne d'Édouard VI d'Angleterre pour avoir comploté le meurtre de John Dudley [8] – Gentleman of the Privy Chamber (1552) – décapité à Tower Hill sous le règne d'Edouard VI d'Angleterre pour trahison [8][14] – Chief Gentleman de la Chambre privée (1552) - décapité à Tower Hill sous le règne d'Edouard VI o f Angleterre pour trahison [14] , KG – Vice-amiral, Lord Admiral, Governor of Boulogne, President of the Council in the Marches, Lord Great Chamberlain, Grand Master of the Royal Household, Earl Marshal of England, Lord President of the Council , directeur général des marches écossaises (1553) - exécuté à Tower Hill sur ordre de Mary I pour avoir soutenu Lady Jane Gray [8]KB (1553) - exécuté à Tower Hill sur ordre de Mary I pour avoir soutenu Lady Jane Gray [15] (1553) - exécuté à Tower Hill sur ordre de Mary I pour avoir soutenu Lady Jane Gray [8] - Reine d'Angleterre du 10 au 19 juillet 1553 et héritière des trônes anglais et irlandais 21 juin - 10 juillet 1553 (1554) - exécuté à Tower Green par Mary I en tant que prétendante au trône [8] - fils de John Dudley, 1er duc de Northumberland et consort royal d'Angleterre du 10 au 19 juillet 1553 (1554) - exécuté à Tower Hill sur ordre de Mary I pour avoir soutenu Lady Jane Gray [8] , KG - père de ce qui précède, Lord Lieutenant du Leicestershire, Justice à Eyre (1554) - exécuté à Tower Hill par ordre de Marie Ier pour rébellion [8] (1554) - exécuté à Tower Hill sur ordre de Marie Ier pour rébellion [8] , KG - Earl Marshal (1573) - exécuté à Tower Hill sur ordre d'Elizabeth I d'Angleterre pour le complot Ridolfi [8] (1572) - exécuté à York sous le règne d'Elizabeth I d'Angleterre pour avoir participé à l'Insurrection du Nord (1578) - exécuté sur ordre de Sir Francis Drake (1583) - exécuté à Tyburn sous le règne d'Elizabeth I d'Angleterre pour haute trahison (pendu, tiré et écartelé) (1584) - exécuté sous le règne d'Elizabeth I d'Angleterre - Reine d'Écosse et reine consort de France (1587) - Exécuté sous le règne d'Elizabeth I d'Angleterre pour trahison , KG - Master of the Horse, Earl Marshal, Lord Lieutenant d'Irlande, Custos Rotulorum of Pembrokeshire, Custos Rotulorum of Staffordshire, Master-General of the Ordnance (1601) - exécuté à Tower Hill sous le règne d'Elizabeth I d'Angleterre pour High Trahison[8] (1601) - exécuté à Tower Hill sous le règne d'Elizabeth I de Angleterre pour haute trahison[8] (1601) - exécuté à Tower Hill sous le règne d'Elizabeth I d'Angleterre pour haute trahison[16] - Lord Warden of the Stannaries, Lord Lieutenant of Cornwall, Vice-Amiral of Devon, Captain of the Yeomen of the Guard, gouverneur de Jersey (1618) - exécuté dans l'Old Palace Yard, Westminster par ordre de James VI - exécuté à Tower Hill pour avoir aidé à la sodomie (1631) [8] , KG - Custos Rotulorum of the West Riding of Yorkshire , Lord Lieutenant du Yorkshire, Lord Adjoint d'Irlande, Lord Lieutenant d'Irlande (1641) - exécuté à Tower Hill sur ordre du Parlement[8] (1644) - exécuté à Tower Hill pour trahison sur ordre du Parlement[17]
  • L'archevêque William Laud - archevêque de Cantorbéry (1645) - exécuté à Tower Hill sur ordre du Parlement [8] (2 janvier 1645) - exécuté à Tower Hill sur ordre du Parlement pour avoir trahi les parlementaires aux royalistes [8] , de Scarborough ( décédé le 3 janvier 1645) – père de ci-dessus – exécuté pour avoir trahi les parlementaires envers les royalistes [8] et l'Écosse (1649) – exécuté à Whitehall, Londres sur ordre du Parlement de Cromwell, KG – Maître du cheval, Lord Chancellor of Scotland ( 1649) - exécuté sur ordre du Parlement de Cromwell pour être royaliste (1649) - exécuté sur ordre du Parlement de Cromwell pour être royaliste, KG - Maître du cheval, capitaine des Yeomen of the Guard, Lord Lieutenant de Berkshire, Lord Lieutenant of Middlesex, Justice in Eyre (1649) - exécuté à Londres sur ordre du Parlement de Cromwell pour être royaliste (1650) - décapité à Londres sur ordre du Parlement de Cromwell pour être royaliste (1650) - décapité à Tower Hill pour trahison en tant queRoyaliste. , KG - Lord Lieutenant du Cheshire, Lancashire, Vice-Amiral of Cheshire (1651) - exécuté à Bolton sur ordre du Parlement de Cromwell pour avoir été royaliste (1654) - décapité à Tower Hill pour complot contre Oliver Cromwell (1619-1655) - exécuté à Exeter sur ordre du Parlement de Cromwell pour être royaliste (1658) - décapité à Tower Hill, Londres sur ordre du Parlement de Cromwell pour être royaliste [8] (1658) - décapité à Tower Hill, Londres sur ordre du Parlement de Cromwell pour étant royaliste [8] (1660) (MP) - pendu, écartelé à Charing Cross par Charles II en tant que régicide [18] (1661) - décapité à titre posthume à Tyburn sur ordre de Charles II en tant que régicide. (1661) - décapité à titre posthume à Tyburn par ordre de Charles II en tant que régicide. (1661) - décapité à titre posthume à Tyburn par ordre de Charles II en tant que régicide. (1662) - exécuté à Tower Hill par ordre de Charles II pour la mort de son père Charles I [8] (1663) - pendu, tiré, écartelé et décapité (et la tête affichée sur une pointe Ludgate) pour la publication d'un pamphlet anonyme justifiant le droit de rébellion contre le roi (1680) - exécuté à Tower Hill pour trahison[8] (1681) - pendu, écartelé à Londres pour trahison - député de Tavistock et Tavistock (1683) - exécuté pour avoir été impliqué dans le Rye House Plot (1683) - exécuté à Tower Hill pour avoir été impliqué dans le Rye House Plot[8] - Député de Stafford (1684) - exécuté sur ordre du juge Jeffreys pour avoir soutenu Monmouth (1685) - exécuté à Tower Hill sous le règne de Jacques II après la bataille de Sedgemoor pour trahison [8]
  • Lady Alice Lisle (1685) – executed at Winchester by Judge Jeffreys during the Bloody Assizes for harbouring Monmouth rebels (1697) – Jacobite Rebel executed at Tower Hill in reign of William III for treason [8]

Bolivie Modifier

Brésil Modifier

  • Joaquim José da Silva Xavier (Tiradentes) (1792) – the body was quartered after his hanging for revolutionary activity

British North America Edit

    (1586) – Roanoke Indian chief executed by first English settlers in the New World [19]
  • Wituwamat (1623) – Neponset warrior killed and beheaded by the Plymouth Colony Pilgrim/soldier Miles Standish (1676) – New EnglandWampanoag chief "King Philip" executed for resisting white settlement (1718) – famous pirate beheaded after capture at Ocracoke Island

Haiti Edit

Mexico Edit

Panama Modifier

Peru Edit

Ancien Régime Éditer

  • Olivier III de Clisson (1343) – executed by Philip VI of France for treason (1409) – executed in Paris by Charles VI of France (1574) – executed by Catherine de' Medici for treason (1626) – executed in Nantes for conspiracy against Cardinal Richelieu (1766) – beheaded and burnt in Abbeville for blasphemy (1792) - highwayman convicted of murder. First person to be guillotined.

French Revolution Edit

Note: some estimates place the number of persons executed by the guillotine, particularly during the Reign of Terror (1793–1794), at 40,000.


Decapitated Heads of Assyrian Enemies - History

Once the Mitanni were driven out of the region, this allowed King Adad Nirari I to make the first significant expansion of the Assyrian realm. At the turn of the 13 th century BCE, Adad Nirari I, began to exert Assyrian influence throughout Mesopotamia and this fierce ambition would be present in many powerful kings of the future.

Military Society

The foundation of Assyrian society and what separated it from other Mesopotamian groups was their military acumen. Their vast rise to power was due to a strict and extensive military relentlessly trained to conquer foreign enemies. This fierce ambition began at the top of society with a series of ruthless kings who had a lust for power and glory. From Tiglath-Pileser I to Ashurbanipal, generations of highly-skilled military tacticians were fearless in battle and led their soldiers into battle with the promise of glory for the entire kingdom.

As inspirational as the kings were in Assyrian society, the thousands of soldiers on the frontline were equally as important to the strength of the empire. Without a tenacious group of skilled fighters, the Assyrians would have never risen to claim a vast stretch of territory in the ancient world. To protect the strength of the military, Assyrians bred young men for the war machine. Not only were the Assyrians the first true empire the world had ever seen, but they were the first culture to create the professional soldier.

In the early stages of the Assyrian Empire, it was unheard of for armies to campaign throughout the entirety of the year. Those who went to battle had to harvest crops during season and the army could not fight year-round. Once Tiglath-Pileser III rose to power, he would recruit an army whose sole purpose was to fight. This transformation in war tactics was unprecedented and it changed the military landscape in the Near East.

Men in the Assyrian military had one duty and that was to fight to the death. Assyrian soldiers fought ruthlessly for their king and showed no mercy in battle. As the empire grew in size, more and more young men were forced into the military from a young age. This standing army would sometimes be equipped with well over 100,000 fighters. This gigantic, well-oiled war machine was an intimidating presence for foes of the Assyrians. Provinces throughout the territory had to provide fighters to go to battle at any point in time. Enhancing the might of the army was no laughing matter and it was the focal point of Assyrian society.

On the battlefield, the Assyrians were extremely brutal to the groups of people they conquered. Deportation was a common practice for the ones whose lives were spared by the Assyrian kings. Enemies of the Assyrian Empire who fought till the end, as opposed to submitting, were brutally slaughtered. It was not uncommon to see heads decapitated, bodies mutilated, and entire cities burned to the ground. This was all done on the basis of fear. Assyrian kings ruled on fear and this is what they fed upon to assert their dominance in Mesopotamia and elsewhere. Those who were conquered by the Assyrian army were often enslaved or brutalized. Although they were deeply hated by the majority of other neighboring groups, they were certainly feared for the destructive potential of the army.

To no surprise, the Assyrians dominated the resources throughout the region and became an extremely wealthy group. Kings in particular basked in their newfound riches through conquering and seizing prizes formerly belonging to their enemies. Many kings used the acquired wealth to build lavish palaces to honor themselves and others could marvel at their accomplishments. Along the walls of these tremendous palaces were the greatest and most noteworthy military accomplishments of the king.

In a society dominated by military success, this only scratched the surface of how much the Assyrians marveled at the feats of their greatest kings. Much of their artwork and decorations for public display featured kings defeating enemies in battle, as well as Assyrian warriors violently killing their enemies through intricate methods. Several of the most notable Assyrian kings were also active hunters for wild game (such as lions) and some public artwork would be dedicated to the slaying of giant beasts from the wild.

The effectiveness and sheer destruction of the Assyrian military could not have been accomplished without being meticulously organized. This dedication to the strength and size of their standing army enabled them to become the world’s first super power. Due to the violence and bloodshed the Assyrian Empire resorted to in conquering of neighboring groups of people, they gained many comparisons to other cruel empires such as the Romans, Mongols, and Nazi Germany. The motivations of the Assyrians to build a powerful army may have differed than other powerful empires throughout history, but there was no restraint in their brutality.

One of the factors that contributed to their desire for possessing the most powerful military in the world was the economic riches at stake in the region. Their ancient rivals, the Babylonians, were based in the southern lands of Mesopotamia and there was always a threat from tribes to the north. A lack of military strength would leave the Assyrians vulnerable to an attack and in danger of losing their way of life.

Early in the 2 nd millennium BCE, the Assyrians became strong enough to repel invaders from their original capital city of Ashur, but it would take hundreds of years before they possessed the military fortitude to expand their territory. The lust for further economic prosperity can be tied to their commitment to military strength. This lay the foundation for the empire as it began to have a bigger influence on the economic affairs of Mesopotamia and neighboring regions where trade was common.

It would not be until the reign of Tiglath-Pileser I where military expansion of the empire would truly take form and Assyria would become one of the primary aggressors in the region. The increased commitment to military strength in Assyrian society made them the most powerful entity in the ancient world at the cusp of the Neo-Assyrian Age. This would correlate to the greatest amount of economic fortunes the empire had ever seen.

As the Assyrian Empire continued to expand and claim more territory, they possessed firm control of lucrative trading routes that provided them access to many valuables from other empires. The economy of the Assyrian Empire prospered and extravagant riches came pouring in to the hands of its kings and royals. Through invading, conquering, and trading, the Assyrian realm became a home to one of the biggest collections of valuable resources in the world.

At the forefront of Assyrian power was its powerful king. Throughout its history, the Assyrian Empire had a long line of ambitious, ruthless, and intellectual kings. This played a significant role in the expansion of the empire over the centuries. There were periods in Assyrian history where a weak and indecisive ruler was in charge. Even though the empire appeared to falter to foreign and domestic pressures, it bounced back stronger than ever when a king with a clear vision ascended to the throne.


Mutilation/Fear

The judges of ancient Babylon were particularly enthusiastic about instilling fear in wrong doers, prisoners of war, or anyone that needed to be punished for any type of crime. Anyone from slaves to prisoners of war could be subject to fear inducing acts of punishment. The cutting off of feet, lips and noses, blinding, gutting and the ripping out of the heart were all standard punishments in this corner of the ancient world (Hamblin). The practices represented in depictions include the cutting of the throats of enemies and the decapitation of dead bodies. The use of torture and mutilation as a fear tactic did not become a more common practice until the Assyrian Empire was built. The Assyrians were known for being very barbaric when it came to torturing slaves and prisoners of war.

The fragment above is part of the Stele of Vultures. It shows the decapitated heads of the enemy Ummite soldiers being carried away by vultures. These kind of artifacts are very common. The purpose of the stele is to display the power and ferocity of the Lagashistes. Any outsider who would gaze upon the monument would know not to mess with Lagash. These horrific and brutal images would surly make any enemy fear the wrath of Lagash.

Stele of the Vultures picture:

Lewandowski, Hervé. Victory Stele of Eannatum, King of Lagash, Called the “Vulture Stele”early dynastic period, c. 2450 bc. Louvre, Tello (ancient Girsu).


"Therefore the LORD was very angry with Israel, and removed them from His sight there was none left but the tribe of Judah alone. . And the LORD rejected all the descendants of Israel, afflicted them, and delivered them into the hand of plunderers, until He had cast them from His sight." (The Book of 2 Kings) Isa 10:5-7 "Woe to Assyria, the rod of My anger And the staff in whose hand is My indignation. I will send him against an ungodly nation, And against the people of My wrath I will give him charge, To seize the spoil, to take the prey, And to tread them down like the mire of the streets. Yet he does not mean so, Nor does his heart think so But it is in his heart to destroy, And cut off not a few nations." The Northern Kingdom consisted of 10 of the tribes (excluding Judah and Benjamin). It lasted for about 210 years until it was destroyed by Assyria in 722 BC. Its capital was Samaria. Every king of Israel was evil. In the northern kingdom there were 9 dynasties (family lines of kings) and 19 kings in all. An average of 11 years to a reign. 8 of these kings met death by violence. The epitaph written over every one of its kings was: I King 15:34 "and he did evil in the sight of the LORD, and walked in the way of Jeroboam, and in his sin by which he had made Israel to sin." It was king Ahab who introduced Baal worship to them. I King 16:30-33 "Now Ahab the son of Omri did evil in the sight of the LORD, more than all who were before him. And it came to pass, as though it had been a trivial thing for him to walk in the sins of Jeroboam the son of Nebat, that he took as wife Jezebel the daughter of Ethbaal, king of the Sidonians and he went and served Baal and worshiped him. Then he set up an altar for Baal in the temple of Baal, which he had built in Samaria. And Ahab made a wooden image. Ahab did more to provoke the LORD God of Israel to anger than all the kings of Israel who were before him." The last king was Hoshea (2 Ki 17). The petty wars of the past, wars with Syria and Edom, Ammon and Philistia, were now to give way to war on an ominous new scale. A world empire was being gathered into the ruthless hands of the Assyrians. The ruthless and cruel Assyrians (under Sargon II) besieged Samaria for 3 years and finally it fell, Israel was doomed. The Assyrians hauled them away into captivity (722 BC). But the Lord always reminded them of why judgment came: II Ki 17:7-23 "For so it was that the children of Israel had sinned against the LORD their God, who had brought them up out of the land of Egypt, from under the hand of Pharaoh king of Egypt and they had feared other gods, and had walked in the statutes of the nations whom the LORD had cast out from before the children of Israel, and of the kings of Israel, which they had made. Also the children of Israel secretly did against the LORD their God things that were not right, and they built for themselves high places in all their cities, from watchtower to fortified city. They set up for themselves sacred pillars and wooden images on every high hill and under every green tree. There they burned incense on all the high places, like the nations whom the LORD had carried away before them and they did wicked things to provoke the LORD to anger, for they served idols, of which the LORD had said to them, "You shall not do this thing." Yet the LORD testified against Israel and against Judah, by all of His prophets, every seer, saying, "Turn from your evil ways, and keep My commandments and My statutes, according to all the law which I commanded your fathers, and which I sent to you by My servants the prophets." Nevertheless they would not hear, but stiffened their necks, like the necks of their fathers, who did not believe in the LORD their God. And they rejected His statutes and His covenant that He had made with their fathers, and His testimonies which He had testified against them they followed idols, became idolaters, and went after the nations who were all around them, concerning whom the LORD had charged them that they should not do like them. So they left all the commandments of the LORD their God, made for themselves a molded image and two calves, made a wooden image and worshiped all the host of heaven, and served Baal. And they caused their sons and daughters to pass through the fire, practiced witchcraft and soothsaying, and sold themselves to do evil in the sight of the LORD, to provoke Him to anger. Therefore the LORD was very angry with Israel, and removed them from His sight there was none left but the tribe of Judah alone. . And the LORD rejected all the descendants of Israel, afflicted them, and delivered them into the hand of plunderers, until He had cast them from His sight. For He tore Israel from the house of David, and they made Jeroboam the son of Nebat king. Then Jeroboam drove Israel from following the LORD, and made them commit a great sin. For the children of Israel walked in all the sins of Jeroboam which he did they did not depart from them, until the LORD removed Israel out of His sight, as He had said by all His servants the prophets. So Israel was carried away from their own land to Assyria, as it is to this day." Fatalities and serious injuries

Coroner’s inquests are a good source for telling us how football players were killed. Interestingly, in many cases the verdict was death by misadventure. Framing these incidents as accidents suggests players knew the risks involved.

Yet on some occasions men were also plainly murdered: perhaps in the heat of the game, perhaps using football as cover to settle long-standing quarrels. So we hear of players dying from a knee to the belly, a punch to the breast and being pushed or tripped to the ground. One had his nose and face smashed in by a ¼ pound stone. Another was stabbed in the upper arm and died the following week from infection. Several died from running on to sheathed knives.

And in one late 16th century incident tied up with witchcraft, we learn of old Brian Gunter of Berkshire drawing his dagger and using the pommel to smash two men’s skulls. They died within a fortnight.

He kneed me in the guts ref!

Documents that constituted part of the everyday business of various secular and ecclesiastical courts can also reveal a great deal about the dangers of football. Thus on 25 February 1582 at a game in Essex an attacker collided so violently with the man guarding the goal that the goalkeeper was knocked unconscious. He died that night.

Then there was the 17th century aristocrat who passed out from a blow to the chest during a game played against another Lord and his servants. Three months later he was bedridden. The cure: a pipe full of tobacco. The smoke got in his lungs and he soon vomited up bits of congealed blood.

Other players merely escaped with broken legs. Sometimes they recalled their injury had been sustained at a celebratory game, usually played after a baptism or wedding. One labourer complained that he had lost his livelihood from a football-related injury. But another claimed to have been miraculously cured when he saw King Henry VI in a dream.


President Armand Fallières of Paris was against the system of capital punishment.

He banned the guillotine for three years, from 1906 to 1909. The ban created chaos in pro-guillotines. The French newspaper Le Petit Parisien polled the French readers to get a majority view on guillotine punishments.

The results came out, and 74% of the French were pro-guillotine. Hence, the ban was lifted, and capital punishment started again.


Voir la vidéo: La Boule Athée - Épisode 6 - Les Assyriens (Janvier 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos