Nouveau

10 faits sur Gengis Khan

10 faits sur Gengis Khan


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le « souverain universel », Gengis Khan est l'un des chefs de guerre les plus redoutables de l'histoire. Depuis ses humbles débuts dans les steppes de Mongolie, il a forgé l'un des plus grands empires que le monde ait jamais vu.

Voici dix faits sur Gengis Khan.

1. Il ne s'appelait pas à l'origine Gengis

Né vers 1162 dans une région montagneuse de Mongolie, il porte le nom d'un chef rival que son père avait récemment capturé : Temujin, qui se traduit par « forgeron ».

2. Temujin a sauvé sa première femme d'un clan rival

Une peinture miniature moghole de Gengis Khan, de sa femme Börte et de leurs fils.

En 1178, alors qu'il avait seize ans, Temujin épousa Börte, qui venait d'une tribu voisine amicale. Mais Börte fut bientôt kidnappé par un clan mongol rival.

Déterminé à la récupérer, Temujin a lancé une mission de sauvetage audacieuse qui a réussi. Börte a continué à porter Temujin quatre fils et au moins six filles.

3. En 1206, Temujin était devenu le seul souverain des plaines mongoles

Après de nombreuses années de combat, Temujin a réussi à unir les différentes tribus des steppes qui habitaient les plaines. L'union est devenue connue sous le nom de Mongols et c'est alors que Temujin a reçu le titre « Gengis Khan », qui signifie « souverain universel ».

Avec sa horde, composée principalement d'archers de cavalerie légère, Gengis ciblait désormais les royaumes en dehors de la Mongolie.

Une mêlée mongole au XIIIe siècle.

4. La première cible de Gengis était la Chine…

Il a d'abord soumis le royaume voisin des Xia occidentaux en 1209, avant de déclarer la guerre à la dynastie Jin, beaucoup plus importante, qui contrôlait à l'époque une grande partie du nord de la Chine et de la Mandchourie.

5. … où il a remporté peut-être sa plus grande victoire

Lors de la bataille de Yehuling en 1211, Gengis et sa horde mongole remportèrent une victoire écrasante au cours de laquelle ils tuèrent plusieurs milliers de soldats Jin. Toute l'armée Jin a été détruite, ouvrant la voie à l'assujettissement de la dynastie par Gengis.

Quatre ans plus tard, en 1215, Gengis assiégea, captura et pilla la capitale Jin de Zhongdu – l'actuelle Pékin.

Gengis Khan entre à Pékin (Zhongdu).

6. La Chine n'était que le début pour Gengis

Après avoir humilié la dynastie Jin, Gengis est entré en guerre avec l'empire Khwarezmid dans l'actuel Turkménistan, Ouzbékistan, Afghanistan et Iran.

La guerre a éclaté après que le sultan de Khwarezm eut assassiné certains des ambassadeurs de Gengis Khan. En réponse, Gengis déchaîna la fureur mongole sur les Khwarezms, prenant d'assaut ville après ville. Le sultan est mort en se retirant de la horde de Gengis et l'empire Khwarezmid s'est effondré.

Les anciens Grecs et Romains avaient de nombreux ennemis. Pourtant, l'un de leurs ennemis les plus redoutables et les plus tenaces était les Scythes nomades. Rejoignez Dan Snow au British Museum, où il discute des Scythes et de leur mode de vie extraordinaire avec St John Simpson.

Regarde maintenant

7. Gengis avait plus de 500 femmes

Ils lui ont donné beaucoup d'enfants. Börte, cependant, est resté le compagnon de vie de Gengis et seuls ses fils ont été considérés comme ses successeurs légitimes.

8. Gengis avait beaucoup à remercier sa mère pour

Son nom était Hoelun et au début de la vie de Gengis, elle lui a enseigné l'importance de l'unité, en particulier en Mongolie. Hoelun est devenu l'un des principaux conseillers de Gengis.

9. A sa mort en 1227, Gengis laisse un formidable empire

Il s'étendait de la mer Caspienne à la mer du Japon – quelque 13 500 000 km². Pourtant, ce n'était que le début.

L'empire mongol au moment de la mort de Gengis Khan.

10. L'empire mongol est devenu le deuxième plus grand empire de l'histoire

L'empire mongol continua de croître sous les successeurs de Gengis. À son apogée en 1279, il s'étendait de la mer du Japon à l'est de la Hongrie, couvrant 16% du monde. Il reste l'un des plus grands empires que le monde ait jamais vu, juste derrière l'Empire britannique.

L'expansion de l'empire mongol : Crédit : Astrokey / Commons.


15 faits intéressants sur Gengis Khan et Mongol

Combien d'entre vous connaissent Gengis Khan, le plus grand conquérant de tous les temps ? Pour ces lecteurs qui ont peu de connaissances sur l'empereur mongol, voici les 15 intéressantes Faits sur Gengis Khan. Le plus grand chef des Mongols-Gengis Khan était un tyran et a conquis près de 12 millions de miles carrés de territoire à travers le monde. Son règne peut être considéré comme l'une des choses les plus dangereuses de l'histoire du monde car il a fait des ravages sur les terres qu'il a conquises et a continué à massacrer les gens qui s'opposaient à sa tyrannie. Il mourut en 1227 avec peu de traces de sa mort et de son enterrement. Avec des millions de morts dans sa cagnotte, ce chef mongol a ouvert la route de la soie et a été le pionnier à qui l'on peut attribuer l'invention du système postal moderne. Il est temps de creuser un peu pour mieux le connaître avec ces faits étonnants sur Gengis Khan.


1. Histoire de Gengis Khan

Gengis Khan (Temüjin) est probablement né en 1162 à Delüün Boldog, près de la montagne Burkhan Khaldun et des rivières Onon et Kherlen dans le nord de la Mongolie actuelle, près de l'actuelle capitale Oulan-Bator. L'histoire secrète des Mongols rapporte que Temüjin est né en tenant un caillot de sang dans son poing, signe traditionnel qu'il était destiné à devenir un grand chef. Il était le deuxième fils de son père Yesügei qui était un chef Kiyad éminent dans la confédération mongole Khamag et un allié de Toghrul de la tribu Keraite. Temüjin était le premier fils de sa mère Hoelun. Selon l'Histoire secrète, Temüjin a été nommé d'après le chef tatar Temüjin-üge que son père venait de capturer.


11 faits sur Gengis Khan

Le nom Gengis Khan évoque des images des hordes mongoles effectuant des raids et des pillages à travers l'Asie centrale, imparables et imbattables. Bien qu'il soit principalement associé à la méchanceté et aux meurtres de masse, il faut un dur à cuire particulièrement redoutable pour sortir de rien et conquérir à lui seul l'Asie centrale, la majeure partie de la Russie et l'Europe de l'Est. Gengis Khan est la seule personne dans l'histoire à avoir gouverné et tenu le plus grand empire contigu qui s'étendait de l'océan Pacifique à l'est à l'Europe de l'Est à l'ouest. Il a unifié les tribus belligérantes de Mongolie pour marcher sous sa bannière, renforçant et fortifiant son armée. Au moment de l'unification de la Mongolie, il détenait 4 000 000 km² et au moment de sa mort, il régnait sur 13 500 000 km² de terres. Voici 11 autres faits durs à cuire sur l'empereur mongol qui, à tous égards, a totalement régné.

1. Gengis Khan a peut-être empêché un réchauffement climatique précoce, faisant de lui un guerrier respectueux de l'environnement, à tout le moins. Il a tué environ 40 millions de personnes, effaçant 700 millions de tonnes de carbone de l'atmosphère.

Source de l'image : William Cho/flickr, pixabay

D'un côté, la mort de 40 millions de personnes est stupéfiante ! Cependant, on pense que ses meurtres ont entraîné un changement climatique d'origine humaine et ont essentiellement refroidi la planète. Ainsi, les terres qui étaient auparavant occupées par des établissements humains et des terres agricoles ont été récupérées par des forêts qui à leur tour ont absorbé plus de carbone. Aujourd'hui, la consommation mondiale de pétrole génère environ 700 millions de tonnes de carbone par an, la même quantité que Gengis Khan a éliminée.(la source)

2. Un homme sur 200 aujourd'hui est un descendant direct de Gengis Khan.

Source de l'image : Pexels, Pixabay.

Environ 16 millions d'hommes ou 0,5 % de la population masculine d'aujourd'hui sont ses descendants en ligne directe, ce qui signifie qu'ils portent tous des chromosomes Y qui ont été transmis par un seul individu qui a vécu il y a environ mille ans. Les chromosomes Y sont également transmis de père en fils. Nous ne connaîtrons jamais le nombre total de descendants qui incluent des femelles. Plusieurs dynasties régnantes d'Asie et de Russie comme la famille royale moghole de Timur à Babur, la dynastie Yuan de Chine, les Ilkhanides de Perse, les Jochids de la Horde d'Or, les Shaybanides de Sibérie et les Astrakhanides d'Asie centrale, les Girays de Crimée, ont été aussi ses descendants. En fait, il était considéré comme un grand honneur et privilège de pouvoir retracer votre lignée jusqu'à l'empereur guerrier mongol.(1,2)

3. Il a été capturé et réduit en esclavage en 1177, mais a finalement réussi à s'échapper après s'être lié d'amitié avec l'un de ses ravisseurs. Sa réputation s'est accrue après son évasion.

Source de l'image : François Philipp/Flickr

Lorsque le père de Gengis Khan a été empoisonné, Gengis n'avait que neuf ans et vivait avec la tribu de la fille qu'il était censé épouser. Lorsqu'il apprit la nouvelle, il retourna dans sa tribu pour prendre la place de son père en tant que chef. Cependant, ils ont refusé d'héberger la famille et les ont chassés en leur refusant toute protection. En 1177, lors d'un raid, Gengis Khan fut capturé par cette même tribu, appelée les Tayichi'ud. Ils l'ont attaché à un cangue (quelque chose comme un joug) qui l'empêchait de bouger la tête ou les bras mais laissait ses jambes libres. Il s'est échappé avec l'aide d'un des gardes, ce qui lui a valu une redoutable réputation. Il nomma plus tard le fils du garde, Chilaun, comme l'un de ses généraux.(la source)

4. En 1218, lorsque Gengis Khan envoya une caravane commerciale dans l'empire Khwarezmid, le gouverneur de la ville d'Otrar s'en empara et tua les commerçants. Gengis Khan a riposté en envahissant l'empire avec 200 000 hommes tuant le gouverneur en versant de l'argent fondu dans ses yeux et sa bouche.

Image à des fins de représentation. Source de l'image : Wikimédia,

Nous savons maintenant d'où George R.R. Martin a puisé une partie de son inspiration Dothraki ! Lorsque le gouverneur d'Otrar a refusé de verser une compensation pour avoir détruit la caravane et tué ses hommes, trois autres personnes ont été envoyées pour rencontrer le Shah de Khwarazmia qui en a rasé deux et décapité le troisième, un musulman. N'étant pas du genre à reculer devant cet affront, Gengis Khan a lancé une invasion totale des villes de Boukhara, de Gurganj et de la capitale Samarkand avec 200 000 soldats et a commencé à tuer ou à asservir toute la population. La guerre, qui a duré de 1219 à 1221, a tué 1,25 million de personnes. Le Shah a réussi à s'échapper, conduisant le Khan à déployer les généraux Subutai et Jebe et 20 000 hommes pour le poursuivre. Il a ensuite péri "dans des circonstances mystérieuses" sur une petite île.(la source)

5. Il a non seulement pardonné à l'homme qui lui a tiré une flèche dans le cou au combat mais aussi l'a élevé pour être l'un de ses généraux les meilleurs et les plus dignes de confiance.

Source de l'image : jianshu.com

Un récit de cette histoire dit que Gengis Khan a reçu une balle dans le cou en 1201 lors de la bataille des treize côtés. Une fois la bataille gagnée, il a demandé à rencontrer l'homme qui a tiré sur son cheval afin de masquer sa véritable blessure. L'homme, Zurgadai, a avoué, mais a également juré de servir le Khan avec la plus grande loyauté afin qu'il soit autorisé à vivre. Comme Gengis Khan accordait plus d'importance au mérite qu'à tout le reste, il lui a pardonné et l'a renommé Jebe, ce qui signifie « flèche » et « arme » en mongol. Un autre récit indique que Jebe s'est échappé et a été repris par un groupe de soldats mais a réussi à tuer le cheval de Gengis Khan. Il a ensuite plaidé pour sa vie et a également promis de lui apporter plus de chevaux en échange de celui qu'il a tué.(la source)

6. Il contrôlerait les régions qu'il conquiert en mariant ses filles dans les familles régnantes. Il enverrait alors ses gendres à la guerre, s'assurant ainsi que ses filles règnent à leur place. Les gendres mouraient généralement et ses filles se sont avérées plus efficaces pour maintenir le royaume ensemble que ses fils.

Source de l'image : alchetron.com, Dschingis Khan et seine Erben/Wikimedia

Non seulement c'était un grand guerrier qui commandait une armée féroce, mais c'était un cerveau stratégique qui ne craignait pas de jouer le long jeu et apparemment, un féministe aussi. Il avait environ sept ou huit filles, et lorsqu'ils épousaient des rois alliés, les épouses de ces derniers étaient renvoyées ou ignorées. Il s'assura que non seulement ses fils mais aussi ses filles aidaient à l'expansion de son empire. Finalement, ses filles ont régné sur des zones allant de la mer Jaune à la mer Caspienne.(la source)

7. La plupart du temps, son armée était en infériorité numérique. Ils ont gagné en employant des tactiques de guerre comme encercler l'armée adverse et donner une fausse impression de leur nombre ou mettre des soldats factices sur des chevaux.

Source de l'image : Dschingis Khan und seine Erben/Wikimedia

Il serait faux de supposer que Gengis Khan a gagné ses batailles par la force du nombre et de la cruauté. Il était capable de concevoir des pièges rusés et des tromperies pour ses ennemis. Les Mongols avaient un grand nombre de chevaux, au moins cinq à six par soldat, et ils utilisaient toujours cette ressource pour prendre le dessus dans les batailles. Et parce qu'ils en avaient tant, ils pouvaient se déplacer plus rapidement à travers le pays en changeant de chevaux. Les soldats fermant la marche attachaient des bâtons à la queue des chevaux pour soulever la poussière, faisant croire aux ennemis que les renforts étaient plus gros qu'ils ne l'étaient en réalité. De plus, ils placeraient également des prisonniers et des civils sur les chevaux supplémentaires avant une attaque pour montrer leur fausse force. (la source)

8. Gengis Khan était responsable de l'un des premiers cas de guerre biologique où les Mongols catapultaient les cadavres de soldats infectés par la peste bubonique sur les murs de la ville pendant les sièges.

Source de l'image : Wikimédia.

En 1346, l'armée tatare a utilisé des corps pestiférés de soldats mongols comme armes lors du siège de Kafa (aujourd'hui Feodosia, Crimée). Une fois la peste répandue, l'armée de défense retira ses forces, laissant la voie libre à la conquête de l'armée mongole. La peste bubonique était et est répandue chez les petits rongeurs dans les steppes de Mongolie. L'armée a réussi d'une manière ou d'une autre à le transporter jusqu'à ses ennemis sans rompre la chaîne d'infection. Ils ont ensuite été infectés avec les rongeurs. On pense que cela aurait pu être le point zéro de la peste noire qui a tué près d'un tiers de la population européenne dans les années qui ont suivi. En toute honnêteté cependant, ils pensaient probablement que c'était l'odeur qui les tuait, pas la maladie.(la source)

9. Il irait jusqu'à détourner le cours des rivières pour les inonder et couper des vivres au royaume qu'il envisageait de conquérir.

Source de l'image : Max Pixel, china.org.cn

En 1209, Gengis Khan voulait frapper le royaume Tangut en Chine. Ils ont vaincu les postes avancés de l'armée Tangut et ont marché sur Chung H’sing (aujourd'hui Yinchuan) sur les rives du fleuve Jaune. Lorsque ses attaques directes et tête baissée se sont avérées infructueuses, il a finalement ordonné que les eaux du fleuve Jaune soient détournées vers la ville. La ville a été inondée. Même si le plan n'a que partiellement réussi, car leurs propres camps ont été inondés lorsque les digues se sont rompues, il a finalement remporté le siège et a ajouté un autre royaume à son empire.

Gengis Khan s'est avéré être un leader assez ouvert d'esprit et avant-gardiste. Il marchait avec une équipe d'artisans et d'ingénieurs qui innovaient simplement face à un problème. Chaque fois qu'il conquérait une terre, ses artisans, ses artisans, ses ingénieurs, etc., étaient recrutés pour « résoudre les problèmes » des tactiques de sa guerre de siège. Ils construiraient un mur plus haut pour franchir un mur, lanceraient des boules de fer bourrées de poudre à canon, détourneraient des rivières pour inonder une ville ou arrêteraient ses provisions. Il a absorbé les nouvelles technologies et l'ingénierie de chaque royaume qu'il a conquis, en particulier le chinois et l'arabe.(1,2)

10. Gengis Khan s'est entouré d'hommes de pouvoir et d'intelligence. L'un d'entre eux était son conseiller en chef, un érudit confucéen capturé nommé Yelu Chucai qui a proposé l'idée de la taxation au lieu de l'anéantissement.

A gauche, le conseiller en chef Yelu Chucai. A droite, le général Subutai. Source de l'image : chinoishistorydigest.com,alchetron.com

Yelu Chucai est surtout connu pour ses paroles sages, "les empires peuvent être conquis à cheval, ils ne pourraient pas être gouvernés à cheval". Il n'avait que 28 ans lorsqu'il a rejoint l'administration de Gengis Khan et l'a servi lui et son fils jusqu'à son mort en 1244. Il a contribué à diviser le pouvoir civil et militaire, ce qui a rationalisé davantage l'administration et empêché la violence incontrôlée. Yelu Chucai a même encouragé les Chinois sous la domination mongole à partager leurs technologies et leurs armes, ce qui a contribué à s'emparer de la dynastie Song.(la source)

11. Conformément aux souhaits de Gengis Khan, pas une seule âme n'a été informée de son lieu de sépulture. Pas une seule personne qui connaissait l'emplacement de sa tombe n'a été laissée en vie, y compris les soldats qui ont commis le meurtre.

A droite, la rivière qui peut cacher sa sépulture. Source de l'image : Wesley Fryer/Flickr, Chinneeb/Wikimedia

Gengis Khan est mort en 1227, à l'âge de 65 ans, lors de la bataille pour l'ouest de Xia. Il n'y a pas de récit officiel de sa mort, mais il existe plusieurs théories dont aucune ne peut être confirmée. Il aurait pu mourir d'une maladie, d'une blessure au combat ou d'une chute de cheval. Avant de mourir, il a donné des instructions expresses pour que sa tombe ne soit pas marquée et que personne ne soit informé de son emplacement. Les esclaves qui ont construit sa tombe ont été réduits au silence par la mort, de même que les soldats qui les ont tués. On dit qu'une fois que les soldats ont tué tout le monde, ils ont commencé à s'entretuer et à s'entretuer. Selon le folklore, les chevaux étaient lâchés pour fouler le sol afin de cacher toute trace d'un tombeau. Une autre légende prétend qu'une rivière a été détournée dessus, cachant à jamais son lieu de sépulture. À ce jour, personne n'a réussi à retrouver sa tombe. Un archéologue, Maury Kravitz, a passé 40 ans à le chercher en vain. Il est décédé en 2012 sans jamais s'en approcher.(la source)


En savoir plus sur l'ascension de Gengis Khan et ses tactiques militaires

Gengis Khan , ou Gengis Khan orig. Temüjin, (né en 1162, près du lac Baïkal, en Mongolie - décédé le 18 août 1227), chef guerrier mongol qui a consolidé les tribus nomades en une Mongolie unifiée et dont les troupes ont combattu de la côte Pacifique de la Chine à la mer Adriatique en Europe, créant la base de l'un des les plus grands empires continentaux de tous les temps. Le chef d'un clan démuni, Temüjin a combattu divers clans rivaux et a formé une confédération mongole, qui en 1206 l'a reconnu comme Gengis Khan (« souverain universel »). Cette année-là, les Mongols unis étaient prêts à sortir de la steppe. Il a adapté sa méthode de guerre, passant de la dépendance uniquement à la cavalerie à l'utilisation de sièges, de catapultes, d'échelles et d'autres équipements et techniques adaptés à la capture et à la destruction de villes. En moins de 10 ans, il a pris le contrôle de la majeure partie de la Chine contrôlée par Juchen, puis a détruit la dynastie musulmane Khwārezm-Shah pendant que ses généraux attaquaient l'Iran et la Russie. Il est tristement célèbre pour avoir massacré la population entière des villes et détruit des champs et des systèmes d'irrigation, mais il est admiré pour son génie militaire et sa capacité à apprendre. Il mourut lors d'une campagne militaire et l'empire fut divisé entre ses fils et petits-fils.


1. Personne ne sait comment Gengis Khan est mort ni où il est enterré

La mort du leader Gengis Khan est un mystère qui a commencé le 18 août 1227, lorsqu'il est décédé de causes inconnues alors qu'il dirigeait son armée dans une campagne à travers la Chine. La légende dit que pendant qu'il se rendait à Karakorum, la capitale mongole, ses soldats ont tué tous ceux qui ont assisté au cortège funèbre de Khan. Plus de 800 soldats auraient massacré les 2 000 personnes qui assistaient à ses funérailles, puis se seraient exécutés.

Suivant les ordres de Gengis Khan, son cadavre a ensuite été placé dans une tombe anonyme pour s'assurer qu'il ne soit pas dérangé. Certains disent même que des chevaux ont piétiné toute trace de son enterrement et qu'une rivière a été ajoutée pour couler sur le site. L'emplacement de la tombe de Khan reste encore un mystère près de 900 ans plus tard en raison de ses mesures extrêmes.

De nombreux historiens pensent que Gengis Khan a été enterré quelque part près de Khenti Aimag, en Mongolie, avec nombre de ses descendants. Depuis sa mort il y a plus de 800 ans, les gens n'ont pas renoncé à chercher la tombe cachée du souverain et de nombreuses personnes continuent de spéculer sur la cause de sa mort.

Beaucoup de gens pensent qu'il est mort de blessures subies au combat tandis que d'autres pensent qu'il est tombé de cheval ou est mort de maladie. Bien que sa dernière demeure n'ait jamais été retrouvée, les scientifiques continuent de chercher, et certains pensent avoir trouvé ce qui pourrait même être son Tombe cachée.

Après sa mort, l'empire mongol a continué de croître et a finalement pris le contrôle de la majeure partie de l'Eurasie, cependant, l'empire s'est effondré après le tournant du 14 ème siècle.

Conclusion

Que vous le connaissiez comme un conquérant redouté et brutal, ou un brillant innovateur, le chef mongol Gengis Khan a eu un effet profond sur l'histoire de l'humanité. Dès son plus jeune âge, il s'est illustré par la brutalité et la force de la vie politique mongole et a appris à forger des alliances. Après avoir perdu son père et avoir été rejeté par son clan, un Khan accablé de chagrin s'est retrouvé noyé dans la pauvreté, ce qui lui a donné un sentiment d'indifférence contre l'humanité.

Après avoir tué son demi-frère et affronté les dures punitions de sa mère, Khan s'est élevé à un pouvoir qui allait grandir pour conquérir des nations. Sous la direction de Temujin, l'armée des Mongols a été formée, tout comme le grand chef universel, « Gengis Khan ». Son armée a atteint plus de 100 000 hommes, dont certains étaient les propres ennemis ou prisonniers de Khan.

Alors qu'il dirigeait son empire de plus d'un million de personnes, il a établi de nombreuses lois, notamment l'abolition de l'enlèvement des femmes et de l'esclavage des autres Mongols. Bien qu'il soit connu pour sa brutalité, il a également promu la liberté religieuse, ordonné la création d'un système d'écriture et accordé l'immunité diplomatique aux ambassadeurs étrangers.

Gengis Khan a conquis plus de terres que n'importe quelle autre personne dans l'histoire, et il a assassiné un total de 40 millions de personnes, rivalisant avec des noms comme Joseph Staline et Adolph Hitler. Une grande partie de la vie du leader est restée un mystère, y compris son apparence et le nombre de descendants qu'il a. Même aujourd'hui, beaucoup de gens se demandent où Gengis Khan est enterré et continuent de chercher sa tombe et une cause de sa mort.


8. Il a tué son demi-frère lorsqu'il était enfant à cause d'une dispute de chasse

Quand Temujin était un jeune garçon, son père a été empoisonné, il a commencé une longue lutte pour son poste de chef principal. Pour éviter de les nourrir, le clan a déserté Temujin, avec sa mère et ses six frères et sœurs. Pendant ce temps en Mongolie, il y avait des batailles constantes entre les clans rivaux. Ainsi, Temujin et ses frères et sœurs a dû apprendre à se battre tôt.

Temujin a passé près de trois ans dans la pauvreté à survivre du petit gibier et des fruits sauvages avec sa mère, ses trois frères, sa sœur et ses deux demi-frères Bekhtar et Belgutei. Un soir, après plusieurs jours de famine en exil, Temujin et son demi-frère Bekhtar Temujin se lancent dans une expédition de chasse.

Le jeune Temujin a capturé du petit gibier lors de ce voyage et l'a caché pour le récupérer plus tard. Après avoir vu son frère Behktar près de l'endroit où il avait caché son gibier, il l'a suivi, seulement pour le trouver en train de le manger, ce qui a entraîné la mort de sa famille.

Après avoir vu cela, Temujin lui a tiré dessus avec une flèche et est retourné dans sa famille et a avoué ses péchés. En entendant ce qu'il a fait, sa mère, Hoelun l'a banni de la famille et Temujin a été forcé de survivre seul dans la nature. Finalement, certains voyageurs l'ont accueilli, ils sont ensuite devenus généraux dans son armée.

Bien que Temujin ait été durement puni par sa mère pour les actions qu'il a prises contre son frère, il n'a pas eu de remords pour ses actions. En fait, il a estimé que cela était justifié à la lumière de la cupidité de Behtar.


40. Gengis Khan est né et a grandi dans un environnement difficile

Gengis Khan et ses Mongols sont nés et ont grandi dans la steppe eurasienne, une région de plaines s'étendant de la Mandchourie à l'est à la Hongrie et à la Croatie à l'ouest. Terre rude d'étés torrides et d'hivers extrêmes, la steppe a la grâce salvatrice de ses prairies abondantes, qui ont permis l'élevage de vastes troupeaux de bétail. En conséquence, la région a été habitée pendant des millénaires par des tribus nomades, qui erraient avec leurs troupeaux de pâturage en pâturage. Les nomades commerçaient souvent avec leurs voisins dans les terres habitées entourant la steppe, mais chaque fois que cela était opportun, ils étaient tout aussi à l'aise de les piller.


Contexte historique

À l'exception de la saga-like Histoire secrète des Mongols (1240 ?), seules des sources non mongoles fournissent des informations quasi contemporaines sur la vie de Gengis Khan. Presque tous les écrivains, même ceux qui étaient au service mongol, se sont attardés sur les énormes destructions causées par les invasions mongoles. Un historien arabe a ouvertement exprimé son horreur à leur souvenir. Au-delà de la portée des Mongols et s'appuyant sur des informations de seconde main, le chroniqueur du 13ème siècle Matthew Paris les a appelés une "nation détestable de Satan qui s'est déversée comme des diables du Tartare pour qu'ils soient à juste titre appelés Tartares". Il faisait un jeu de mots avec le mot classique Tartarus (Enfer) et l'ancien nom tribal de Tatar porté par certains nomades, mais son récit saisit la terreur que les Mongols évoquaient. En tant que fondateur de la nation mongole, organisateur des armées mongoles et génie de leurs campagnes, Gengis Khan doit partager la réputation de son peuple, même si ses généraux opéraient fréquemment seuls, loin d'une tutelle directe. Néanmoins, il serait erroné de voir les campagnes mongoles comme des incursions aléatoires de bandes de sauvages en maraude. Il n'est pas vrai non plus, comme certains l'ont supposé, que ces campagnes aient été en quelque sorte provoquées par un dessèchement progressif de l'Asie intérieure qui a contraint les nomades à rechercher de nouveaux pâturages. Les invasions mongoles n'étaient pas non plus un événement unique. Gengis Khan n'était ni le premier ni le dernier conquérant nomade à sortir de la steppe et à terroriser la périphérie sédentaire de l'Eurasie. Ses campagnes étaient simplement à plus grande échelle, plus réussies et plus durables que celles d'autres dirigeants. Ils empiétaient plus violemment sur les peuples sédentaires qui avaient l'habitude d'enregistrer les événements par écrit, et ils affectaient une plus grande partie du continent eurasien et une variété de sociétés différentes.

Deux sociétés étaient en contact permanent, deux sociétés hostiles l'une à l'autre, ne serait-ce qu'à cause de leurs modes de vie diamétralement opposés, et pourtant ces sociétés étaient interdépendantes. Les nomades avaient besoin de certains des produits de base du sud et convoitaient son luxe. Ceux-ci pouvaient être obtenus par le commerce, en taxant les caravanes de passage ou par des raids armés. Les peuples sédentaires de Chine avaient besoin dans une moindre mesure des produits de la steppe, mais ils ne pouvaient ignorer la présence des barbares nomades et étaient toujours préoccupés par la résistance aux empiètements par un moyen ou un autre. Une dynastie forte, comme les Mandchous du XVIIe siècle, pourrait étendre sa puissance militaire directement sur toute l'Asie intérieure. À d'autres moments, les Chinois devaient monter un groupe de barbares contre un autre, transférant leur soutien et jonglant avec leurs alliances afin d'éviter qu'une tribu ne devienne trop forte.

Le cycle de force et de faiblesse dynastiques en Chine s'accompagnait d'un autre cycle, celui d'unité et de fragmentation parmi les peuples de la steppe. Au sommet de leur pouvoir, une tribu nomade dirigée par un chef déterminé pouvait soumettre les autres tribus à sa volonté et, si la situation en Chine était une situation de faiblesse, elle pouvait étendre son pouvoir bien au-delà de la steppe. En fin de compte, cette extension du pouvoir nomade sur la culture incompatible et sédentaire du sud a apporté son propre ennemi juré. Les nomades perdirent leur base traditionnelle de supériorité, cette mobilité fulgurante qui nécessitait peu de ravitaillement et de fourrage, et furent engloutis par les Chinois qu'ils avaient conquis. Le cycle reprendrait alors, une Chine puissante réapparaîtrait, et le désarroi et les petites querelles entre chefs éphémères seraient le nouveau mode de vie des nomades. L'histoire des conquêtes mongoles illustre parfaitement cette analyse, et c'est dans ce contexte de contrastes et de tensions politiques qu'il faut évaluer la vie de Gengis Khan. Ses campagnes n'étaient pas une catastrophe naturelle inexplicable ou même donnée par Dieu, mais le résultat d'un ensemble de circonstances manipulées par un soldat d'ambition, de détermination et de génie. Il a trouvé son monde tribal prêt pour l'unification, à un moment où la Chine et d'autres États sédentaires étaient, pour une raison ou une autre, simultanément en déclin, et il a exploité la situation.


5 faits étonnants sur l'empereur mongol Kublai Khan

«À Xanadu a fait Kubla Khan / un décret majestueux du dôme du plaisir. . .“ et ainsi commence l'un des plus beaux poèmes de langue anglaise sur l'un des empereurs mongols les plus légendaires, Kublai Khan (23 septembre 1215 - 18 février 1294). En tant que l'un des petits-fils les plus célèbres du presque mythique Gengis Khan, Kublai Khan est également l'un des plus grands conquérants de l'histoire, celui qui inspire à la fois la poésie et les envolées de la fantaisie. Pourtant, alors qu'il a été immortalisé dans la poésie et les livres à travers l'histoire, on sait étonnamment peu du Grand Khan. Regardez au-delà des voiles de l'histoire avec ces 5 faits intéressants sur l'empereur mongol Kublai Khan. Karin Lehnardt explique.

Kublai Khan tel qu'il a pu apparaître dans les années 1260. Peinture d'Anige, datée de 1294.

La mère de Kublai Khan était une chrétienne nestorienne

La mère de Kublai Khan, Sorghaghtani Beki(ou Sorghaghtani) est considérée comme l'une des femmes les plus puissantes et les plus compétentes de l'empire mongol. En tant que chrétienne nestorienne, elle a appris à ses fils à être tolérants sur le plan religieux et à apprécier l'échange ouvert d'idées entre divers groupes de personnes. Par conséquent, lorsque Kublai Khan a plus tard conquis la dynastie Song en Chine, plutôt que de les détruire ou de gouverner avec un poing autoritaire, il les a incorporés dans son propre gouvernement. Il a également aidé la petite communauté nestorienne chinoise, et il a inclus de nombreux musulmans dans son gouvernement. En effet, en grande partie grâce à l'influence de sa mère, Khan s'est distingué en tant qu'empereur en gouvernant avec respect et tolérance.

L'aventurier italien Marco Polo a servi Kublai Khan pendant 17 ans

Oui, Marco Polo est plus qu'un simple jeu auquel les enfants jouent dans la piscine. Le jeu amusant est en fait basé sur le célèbre explorateur italien Marco Polo (1254-1324), qui s'est rendu dans le légendaire Shangdu (Xanadu), en Chine, la capitale d'été de Kublai Khan. Lorsque Marco Polo est arrivé en 1275, le Grand Khan était au sommet de sa puissance et prêt à prendre le contrôle de la Chine en tant qu'empereur. Khan a pris beaucoup d'affection pour Marco Polo et l'a nommé à certains des postes les plus élevés de son gouvernement. Après que Marco Polo, son père et son oncle aient passé 17 ans en Chine, Khan a laissé à contrecœur les Italiens retourner en Europe. La description par Marco Polo de son séjour avec Khan et de ses voyages a suscité l'intérêt de l'Europe médiévale en Orient. Surtout, cela a inspiré Christophe Colomb à rechercher une route maritime occidentale vers l'Inde, ce qui a finalement conduit à la découverte de l'Amérique par l'Europe.

Bien qu'il n'ait pas été le premier Européen à se rendre en Chine, le livre de Marco Polo a également contribué à diffuser l'actualité des technologies de pointe en Chine, telles que le papier-monnaie, le charbon, les lunettes et un système postal efficace. Alors que beaucoup de gens pensent que Marco Polo a exagéré ses histoires sur Kublai Khan, sur son lit de mort, Polo aurait fait la remarque : « Je n'ai pas raconté la moitié de ce que j'ai vu.

Kublai Khan rencontre Marco Polo et sa famille. Peinture du Maître de Busico, datée de 1412.

Samuel Coleridge a écrit un poème sur Kublai Khan pendant un rêve d'opium

Kublai Khan, lui-même poète prolifique, serait sans aucun doute ravi d'avoir été immortalisé dans un poème de l'un des poètes américains les plus célèbres de tous les temps, Samuel Taylor Coleridge. De son côté, Coleridge dit avoir composé Kublai Khanone night in 1797 after an opium-fueled dream about Xanadu, the summer palace of the Khan. Before the dream, Coleridge had been reading Marco Polo’s description of Khan’s palace (“The pleasure-dome”) in Marco Polo’s book, Book of the Marvels of the World. Though the book - and the opium - sparked Coleridge's imagination, unfortunately, the poem was never completed because Coleridge claims that while he was composing the poem, “a person from Porlock” interrupted him. After the visitor left, Coleridge could not remember the rest of the poem and left it unfinished. Since then, the phrase “a person from Porlock” has come to mean unwelcome visitors who disrupt inspired creativity.

Kublai Khan Was the First Non-Ethnic Chinese Person to Rule over China

When Khan conquered the Song Dynasty in Southern China in 1279, he not only unified China and established the Yuan Dynasty, he also became China’s first non-ethnic Chinese emperor of the country. As emperor, he created a long period of prosperity, and while his rule was not perfect, he attempted to boost infrastructure, create religious tolerance, introduce the use of paper money, and expand trade with the West. He was also, at the same time, the overlord of other Mongol strongholds, such as the Golden Horde in southern Russia and the Ill-Khanate of Persia (modern-day Iran). For his relatively benevolent reign, he earned himself the nickname, “Wise Khan.”

Kublai Khan Developed Severe Gout Later in Life

Though Kublai Kahn was a formidable warrior, he would ultimately be defeated by a common disease: gout. Later in life, Khan was haunted by a series of military failures in Japan, Vietnam, and Burma, and, after his favorite wife, Chabi died, Khan sunk into a deep depression and withdrew from direct contact with his advisors. To comfort himself, he turned to food and drink and became severely overweight. He not only drank heavily, he also indulged in a diet that was heavy in animal organs and meat. On February 18, 1294, he died at the age of 79.

Second only to Genghis Khan, Kublai Khan is considered to be one of the greatest Mongol emperors and one of the greatest rulers in history. Even as he ruled over a huge state, he attempted to be shrewd, but he was also thoughtful and a great supporter of trade, science, and the arts. He introduced paper money, ordered the creation of a new alphabet for the Mongol language, and expanded travel and trade. While the Yuan dynasty ultimately unraveled after his death, Khan remains a wonder for his time.

What do you think of Kublai Khan? Let us know below.

Clements, Jonathan. A Brief History of Khubilai Khan: Lord of Xanadu, Founder of the Yuan Dynasty, Emperor of China. London, UK: Robinson, 2010.

Gulzhan, Bedelova, et al. Kublai Khan’s Role in the Cultural Development of the Yuan Empire. Procedia: Social and Behavioral Sciences. March 19, 2014 (V. 122), 24-28.

Rossabi, Morris. Khubilai Khan: His Life and Times. Berkeley, CA: University of California Press, 1988.


Voir la vidéo: 10 TOP Natural History Moments. BBC Earth (Décembre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos