Nouveau

Char moyen M3/ Grant/ Lee

Char moyen M3/ Grant/ Lee


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Char moyen M3/ Grant/ Lee

Développement
La description
Variantes expérimentales
Record de combat
Service britannique
Service américain
Variantes

Le char moyen M3/Grant/Lee a été le premier char moyen américain à porter un canon de 75 mm et a joué un rôle important dans les combats en Afrique du Nord en 1942, mais il a toujours été considéré comme une conception provisoire car son canon principal était transporté en à droite de la coque, et il avait été mis en production pour combler un vide avant l'arrivée du char moyen M4 Sherman.

Développement

Les événements de mai-juin 1940 montrèrent clairement que le nouveau char moyen M2, qui emportait un canon de 37 mm dans sa tourelle principale et des mitrailleuses dans quatre tourelles subsidiaires, était déjà obsolète. Les Panzer III les plus récents portaient un canon antichar de 50 mm et le Panzer IV un canon court de 75 mm. La solution idéale consistait à installer un canon de 75 mm dans la tourelle d'un nouveau char moyen, mais aucune tourelle appropriée n'existait. Une spécification détaillée de ce qui allait devenir le char moyen M4 (Sherman) a été publiée le 31 août 1940, mais il était clair qu'il faudrait un certain temps pour terminer le nouveau design.

Heureusement, une disposition intermédiaire avait déjà été testée. Le char moyen T5E2 était basé sur le T5 Phase III, l'un des prototypes du M2. Le support de mitrailleuse avant droit a été retiré et remplacé par un obusier de 75 mm Pack Howitzer M1A1. La tourelle M2 normale a été remplacée par une tourelle plus petite qui portait une mitrailleuse de 0,30 pouces et un télémètre optique. Les trois autres mitrailleuses montées sur flotteur ont été conservées. Le T5E2 a subi des tests au terrain d'essai d'Aberdeen entre le 20 avril 1939 et le 8 février 1940 et le canon de 75 mm s'est avéré très efficace.

Le T5E2 est devenu la base d'un ensemble d'exigences émises le 13 juin 1940 et normalisées en tant que M3 le 11 juillet 1940. L'intention initiale était de monter le canon de 75 mm dans le flotteur avant droit et d'ajouter un blindage supplémentaire, mais de garder les trois autres Sponsons de mitrailleuse. Une tourelle de mitrailleuse auxiliaire a été ajoutée à l'avant gauche de la caisse. La tourelle portait un canon de 37 mm et une mitrailleuse coaxiale, et une autre mitrailleuse était transportée dans une tourelle plus petite au-dessus de la tourelle principale.

Une maquette en bois grandeur nature de cette conception a été inspectée par le Comité des chars le 26 août 1940. La Force blindée voulait commander un petit nombre de M3 et attendre l'arrivée du M4 avant de commencer la production de chars à grande échelle. L'Ordnance Board n'était pas d'accord et souhaitait que la production à grande échelle du M3 commence le plus tôt possible, parallèlement au développement du M4, qui utiliserait le même châssis. Les munitions ont fait leur chemin et le M3 a été commandé en production. La même réunion a également modifié la conception du M3, éliminant les mitrailleuses à sponson et la tourelle auxiliaire et apportant un certain nombre de modifications plus mineures.

Le 28 août 1940, un contrat pour 1 000 M3 a été attribué à Chrysler, à construire dans leur nouvelle usine de chars de Detroit Arsenal. Les travaux du nouvel Arsenal n'avaient commencé qu'en juin, et le contrat du M2 délivré le 15 août, treize jours seulement avant son annulation au profit du M3.

Le M3 avait deux clients. L'armée britannique a perdu la plupart de ses chars modernes à Dunkerque, et une mission de chars britannique, dirigée par Michael Dewar, est rapidement arrivée aux États-Unis. L'autorisation de commander la production américaine de conceptions britanniques a été refusée (heureusement, étant donné les performances limitées de la plupart des conceptions de chars britanniques de cette période), mais les Britanniques ont été autorisés à commander la production d'une version modifiée du M3. Le plus gros changement concernait la tourelle. Les Britanniques ont estimé que la tourelle M3 standard était trop étroite, en particulier parce qu'elle manquait d'espace pour transporter la radio, et la tourelle de mitrailleuse sur le dessus rendait le char beaucoup trop haut. Une nouvelle tourelle a été conçue par L.E. Carr. Celui-ci portait les mêmes canons, mais était plus grand, et avait une agitation à l'arrière pour transporter la radio. La tourelle de la mitrailleuse a été retirée et remplacée par une trappe circulaire. Les Britanniques ont donné au M3 modifié la désignation de General Grant Mk I, et la version américaine standard est devenue le General Lee Mk I.

La production de la M3 a été partagée entre plusieurs fabricants aux côtés de Detroit Arsenal de Chrysler. Les Britanniques ont commandé 685 Grants à Baldwin Locomotive Works, ainsi qu'une commande américaine similaire. Pullman Standard Manufacturing et Pressed Steel Car Company ont tous deux reçu une commande de 500 réservoirs. La Lima Locomotive Company a reçu une commande de 100 exemplaires, mais la production y a commencé si lentement que la commande a été remplacée par une commande pour le M4 Sherman.

Les versions préliminaires des tourelles américaines et britanniques étaient prêtes à la fin de 1940, et la tourelle américaine a été installée sur le châssis d'un M2 le 20 décembre 1940.

L'échelle de production augmenta lentement. À la fin de 1940, le plan était de produire 14,5 chars par jour, 8 pour les commandes américaines et 6,5 pour les Britanniques, soit un total d'environ 450 chars par mois. Peu de temps après, un comité conjoint de planification des chars a été créé pour gérer les commandes des deux pays, et le 1er avril 1941, l'objectif avait doublé pour atteindre 1 000 chars par mois, passant à 2 000 en juillet. L'objectif était de maintenir ce taux tout au long de 1942 pour produire 25 000 chars, passant à 45 000 chars moyens en 1943.

La conception de base du M3 a été achevée le 1er février 1941. Le char pilote a été construit par le Rock Island Arsenal et a pu se déplacer par ses propres moyens le 13 mars et a été envoyé au terrain d'essai d'Aberdeen plus tard dans le mois. La tourelle a été installée à Aberdeen, et les tests ont commencé. Entre-temps, les différents fabricants commencèrent également à travailler sur leurs modèles pilotes, le Detroit Tank Arsenal étant le premier à livrer, le 5 mai 1941. Cela fut bientôt suivi par leur premier pilote de production.

À la fin de l'été 1941, le M3 était en production à l'American Locomotive Company, au Detroit Tank Arsenal et pour la Grande-Bretagne à la Pressed Steel Car Company et à la Pullman Standard Car Company.

La Pressed Steel Car Company a terminé sa première subvention le 15 juillet 1941.

Pullman a terminé sa première subvention le 25 juillet 1941.

En août 1942, lorsque la production a pris fin, un total de 4 924 M3, Lees et Grants avaient été construits.

Les trois premiers M3 ont été livrés à leurs utilisateurs finaux en août 1941, l'un étant destiné aux forces blindées américaines à Fort Benning et les deux autres au Royaume-Uni. En septembre 1941, vingt d'entre eux avaient atteint le Royaume-Uni, désormais aux termes du Lend Lease. À ce stade, le danger d'une invasion allemande qui avait prêté tant d'urgence à l'ordre initial était terminé, et les Allemands étaient de plus en plus engagés dans une longue guerre en Union soviétique. Cela a libéré le M3 pour une utilisation en Afrique du Nord,

La description

Le M3 était un grand char avec une disposition asymétrique. Le canon de 75 mm était transporté dans un sponson à l'avant droit du compartiment de combat principal. La tourelle était décalée vers la gauche et remplissait environ les deux tiers de la largeur du char. La tourelle de la mitrailleuse était à l'arrière gauche de la tourelle principale.

À l'intérieur, cela a divisé le compartiment de combat en plusieurs sections. Le grand compartiment de combat du M2 était divisé en deux, avec le support de canon de 75 mm à un niveau inférieur à droite et une marche dans la cage de la tourelle à gauche. Le conducteur était à l'avant gauche, à gauche du canon de 75 mm et devant la tourelle.

La plaque avant s'inclinait du nez au sommet de la superstructure, juste devant la tourelle. Le pont arrière descendait doucement vers l'arrière du réservoir.

Le nez était composé du boîtier moulé en trois pièces pour la transmission finale et la direction différentielle contrôlée, boulonnés ensemble pour donner une apparence distinctive partagée par de nombreux Sherman M4.

Le M3 utilisait le même système de suspension que le M2, la suspension à ressort à volute verticale ou le système VVSS utilisé plus tard sur le M4. Celui-ci avait trois bogies de chaque côté du char, chacun portant deux roues. Les roues étaient attachées à un éperon central sur des bras pivotants, et les bras étaient suspendus à des ressorts en volute qui étaient attachés au sommet du bogie. Les ressorts de volute étaient fabriqués en enroulant une bande plate de métal, et les spires pouvaient ainsi glisser de haut en bas l'une dans l'autre, augmentant l'amplitude de mouvement. Le moteur était à l'arrière du char et la transmission finale à l'avant, alimentant les pignons d'entraînement.

Les premiers M3 étaient armés du canon de 75 mm M2 et du 37 mm M6, bien qu'une pénurie de canons signifiait que certains avaient plutôt le 37 mm M5. Plus tard, les M3 ont obtenu le canon de 75 mm M3, avec un canon plus long qui a augmenté la vitesse initiale à 2 030 pieds/s.

Au début, le M3 transportait un équipage de sept personnes.

Ce nombre a ensuite été réduit à six en faisant en sorte que le conducteur agisse également en tant qu'opérateur radio.

Variantes expérimentales

Le M3 a servi de base à un certain nombre d'expériences.

Un M3 standard a été utilisé pour tester le système de suspension à ressort à volute horizontale qui a été utilisé à la fin de la production du char moyen M4. Le système de ressort à volute vertical standard produisait une conduite très difficile à haute vitesse, et le système HVSS a été conçu pour y faire face. Les ressorts étaient montés horizontalement et les roues de chaque bogie étaient poussées les unes contre les autres. Des amortisseurs ont été installés au-dessus du ressort, également montés horizontalement.

Le M3E1 était la désignation donnée à un char qui a été utilisé pour tester un nouveau moteur de char Ford V-8, produit en retirant quatre cylindres d'un moteur d'avion V-12. Ce moteur a été accepté pour la production et a été utilisé pour propulser le char moyen M4A3.

Le M3A1E1 a été utilisé pour tester un moteur de char Lycoming T1300, qui combinait trois moteurs d'avion Lycoming 6 cylindres refroidis par air. Ce moteur produisait 560 ch et le M3A1E1 atteignait 40 mph, la vitesse la plus rapide pour toutes les versions du M3. Le moteur s'est avéré fiable, mais très difficile à entretenir, et a dû être retiré du compartiment moteur pour de nombreuses tâches de base (y compris le changement d'une bougie). Le T1300 n'a pas été choisi pour la production.

Le M3A5E1 a été utilisé pour tester un système de transmission automatique, utilisant deux transmissions Hydramatic liées au double moteur diesel. Ce prototype fut achevé en janvier 1942, et les tests montrèrent que la transmission automatique améliorait les performances du char.

Le M3A5E2 était un deuxième véhicule d'essai pour la transmission automatique et utilisait une seule transmission Hydramatic robuste à la place des deux transmissions du M3A5E2.

Record de combat

Service britannique

La première version du M3 à entrer en combat était le Grant Mk I. Cela a atteint l'armée britannique en Afrique du Nord à la suite de la retraite vers la ligne Gazala au début de 1942. Bien que la disposition du char n'était pas idéale, elle l'a fait donner aux Britanniques un canon de char de 75 mm pour la première fois, et le premier canon de char capable de tirer un obus hautement explosif utile (au moins après que les problèmes avec la fusée aient été résolus par l'installation de fusées françaises de la Première Guerre mondiale sur les obus américains. À Tout d'abord, le nouveau projectile à capuchon perforant APC M61 n'était pas disponible et l'obus monobloc provisoire AP M72 n'était pas très efficace. -Composite.

À la fin du mois de mars 1942, 666 Grant Is avaient été construits et, à la fin du mois de mai, 167 d'entre eux avaient atteint les 1re et 7e divisions blindées britanniques en Afrique du Nord. Ce n'était pas suffisant pour équiper entièrement chaque régiment de chars, et la plupart avaient donc un mélange de subventions et de chars légers M3 General Stuarts. La 4e brigade blindée de la 7e division blindée sera la première unité à utiliser le Grant au combat (de très près), lorsqu'il est attaqué lors de l'attaque de Rommel sur la ligne Gazala fin mai 1942 (opération Venezia). Au début de la bataille, la 8e armée comptait 167 Grants, 149 Stuarts et 257 Crusaders, de sorte que le Grant constituait une partie importante de son armure.

Le 27 mai, les principaux éléments de la 4e brigade blindée se heurtent aux Panzer III et Panzer IV de la 15e division Panzer, participant à la tentative de Rommel de déborder la ligne Gazala au sud. Pour une fois, les Britanniques avaient le meilleur canon de char, et dans une bataille défensive, le canon de 75 mm des Grants of 3rd RTR infligea de lourds dégâts aux Allemands. Cependant, les Britanniques étaient largement inférieurs en nombre et ont finalement dû battre en retraite avec sept chars intacts et trois envoyés à l'arrière pour faire réparer leurs canons par rapport à la force d'origine de dix-neuf. À la fin de la journée, ce total avait été réduit à seulement cinq. Les 8th Hussars ont eu moins de chance et ont été capturés avant d'être pleinement organisés. Seuls deux de leurs Grants étaient encore intacts à la fin de la journée, bien qu'ils aient réclamé 30 chars allemands. Les Hussards avaient été pris par surprise et avaient beaucoup souffert des tirs des canons antichars. D'autres parties de l'armée se sont également battues avec acharnement le 27, et bien qu'elles aient été généralement forcées de battre en retraite, le coup dur Grant a perturbé les plans de Rommel. Les Allemands ont perdu un tiers de leurs chars dans la journée.

Les premiers équipages américains à utiliser le M3 au combat étaient trois qui avaient été attachés à la Huitième Armée pour des essais de combat. Au début du mois de juin, ils ont été précipités pour soutenir le 1er RTR dans les batailles pour maintenir ouvertes les lignes de retraite de Gazala. Pendant leur temps de combat, les trois équipages américains ont réclamé neuf chars allemands, et tous les trois ont survécu intacts.

Les Britanniques se sont retrouvés à El Alamein, où une impasse s'est développée tandis que les deux parties ont développé leur force. Rommel a reçu des renforts, dont une poignée de Panzer IV avec un long canon de 75 mm supérieur au canon du Grant. Du côté britannique, il y avait 164 Grant, ainsi qu'un nouveau commandant, Montgomery ayant pris le relais. En août, Rommel attaqua la nouvelle ligne britannique (bataille d'Alam Halfa), mais il se heurta à une solide ligne défensive. Son avance a été ralentie par la 7e division blindée légère, avec un mélange de chars Stuart et Crusader, puis s'est heurtée à la 22e brigade blindée, qui comptait quatre régiments, chacun avec deux escadrons de Grants. Les Allemands attaquent la 22e brigade blindée et infligent de lourdes pertes, mais souffrent presque autant eux-mêmes et sont contraints de battre en retraite. La dernière chance de Rommel d'atteindre le Nil était terminée.

Le M3 était vraiment une conception provisoire, et il fut bientôt rejoint dans le désert par le M4 Sherman. Au début de la bataille d'Alamein, les Britanniques disposaient de 170 M3, un mélange de Grants et de Lees, et une plus grande force de Sherman. Le Grant et le Lee sont restés en service britannique tout au long de la campagne d'Afrique du Nord, beaucoup servant de chars de commandement. Leur grand intérieur les rendait plus adaptés à ce rôle que le Sherman, et beaucoup avaient de fausses superstructures ajoutées pour leur donner une apparence similaire au M4.

Après la fin de la campagne en Afrique du Nord, les Britanniques ont cessé d'utiliser le M3 en Europe. Cependant, il est resté utilisé en Extrême-Orient jusqu'à la fin de la guerre, servant avec la quatorzième armée britannique en Birmanie et l'armée australienne dans le sud-ouest du Pacifique. Ces chars étaient généralement connus sous le nom de Lee-Grant. La plupart utilisaient la plus petite tourelle américaine, mais avec la coupole de la mitrailleuse retirée, lui donnant une apparence similaire à la tourelle britannique (et expliquant peut-être pourquoi le M3A5, qui a été livré aux Britanniques avec la tourelle américaine, a été désigné comme Grant II à la place comme le Lee). Dans les deux théâtres, les Japonais avaient peu de blindage, et le peu de chars dont ils disposaient était obsolète (les meilleurs chars japonais étaient réservés à la défense des îles Home, et n'ont jamais vu le combat). Le Grant-Lee fonctionnait ainsi comme une arme de soutien d'infanterie, opérant souvent dans des conditions de jungle difficiles.

Les limites du Lee n'avaient pas trop d'importance dans la jungle. La course limitée du canon de 75 mm correspondait à la visibilité limitée, tandis que le canon de 37 mm avait désormais un tir de cartouche idéal pour le soutien de l'infanterie. Au cours de cette bataille, les équipages de Lee-Grant ont mis au point une méthode efficace pour détruire les bunkers, en utilisant leurs obus HE pour éliminer tout camouflage et leurs obus AP pour briser les bunkers.

Le Lee-Grant a combattu pour la première fois en Birmanie lors de la deuxième bataille d'Arakan, au début de 1944. Après une première attaque britannique, les Japonais ont lancé une contre-attaque, déclenchant la célèbre bataille de l'Admin Box. Un certain nombre de Lees ont pris part à cette bataille et ont contribué à briser les attaques japonaises.

Le Lee a ensuite participé aux batailles d'Imphal et de Kohima, aidant une fois de plus à repousser les attaques japonaises contre les forces alliées assiégées. Au cours de ces batailles, il y a eu des affrontements blindés. Le 20 mars, une troupe de Lees a été prise en embuscade par six chars légers de type 95 et était en danger jusqu'à ce qu'elle puisse faire demi-tour et mettre en action ses canons de 75 mm. Après cela, l'attaque japonaise était vouée à l'échec. Cinq de leurs chars ont été détruits et le sixième capturé et renvoyé à Imphal comme trophée. Ce fut la seule attaque de chars délibérée menée par les Japonais, et par la suite, les Lee se sont retrouvés utilisés pour soutenir des attaques contre des bunkers japonais et des combats défensifs dans les collines.

Le Lee-Grant s'est avéré être un excellent grimpeur de côte et a pu se placer dans des positions où les Japonais ne s'étaient jamais attendus à affronter des chars. L'une des plus célèbres de ces batailles a eu lieu sur Nunshigum, une colline près d'Imphal, où une force de Lees a aidé à expulser les Japonais, mais seulement après avoir perdu la plupart des commandants de chars.

Le Lee-Grant a combattu à la plus haute altitude de tous les chars pendant la Seconde Guerre mondiale, prenant le pic Kennedy de 9 000 pieds lors des combats autour de Tiddim.

Le Lee-Grant fut ensuite utilisé lors de la reconquête de la Birmanie, participant à la libération de Mandalay et à l'avancée sur Rangoon.

Un total de 752 Lee-Grants sont allés en Australie, où ils sont devenus l'équipement le plus important pour les 1re, 2e et 3e divisions blindées.

Service américain

Le M3 est entré en service aux États-Unis en 1941 et a joué un rôle essentiel dans l'expansion de la force blindée américaine. La plupart des premières divisions blindées américaines se sont entraînées avec le M3, mais beaucoup se sont ensuite converties au M4 avant d'entrer en combat.

Une exception était la 1st Armored Division, qui a déménagé en Irlande du Nord en mai 1942 avec ses M3. Le 2e bataillon, 13e régiment blindé, était le seul bataillon M3 à participer à la première étape de l'opération Torch, l'invasion de l'Afrique du Nord, car les navires de débarquement de chars disponibles ne pouvaient pas faire face au grand M3. Ce bataillon a voyagé en Afrique du Nord, mais n'a pas été nécessaire lors des premiers combats contre les Français de Vichy. Ses débuts au combat interviennent donc lors de la première avancée en Tunisie. Le 2e bataillon faisait partie du Combat Command B, qui a été choisi pour soutenir la 6e division blindée britannique alors qu'elle avançait vers l'est. Le bataillon atteint la zone de combat le 24 novembre après un long voyage. Le premier affrontement avec les Allemands a eu lieu le 28 novembre, lorsqu'une partie du bataillon a soutenu une avance du Northamptonshire Regiment à Djedeida. Les chars qui avançaient se sont heurtés à une embuscade allemande et ont essuyé un feu nourri de canons antichars cachés. Le bataillon a subi ses premières pertes dans cet affrontement et à la fin du 6 décembre avait été réduit à 22 M3. La première tentative de capture de la Tunisie s'est soldée par un échec.

Le M3 a rapidement été rejoint par le M4 Sherman lorsque des renforts américains sont arrivés en Afrique du Nord, mais il a continué à être utilisé avec le 13th Armored Regiment jusqu'à la fin des combats en Afrique du Nord. Le régiment a aidé à repousser deux attaques allemandes à la fin de la bataille du col de Kasserine, la dernière attaque importante de Rommel en Afrique du Nord. Après la capitulation allemande finale en Afrique du Nord, le M3 a été retiré du service de première ligne sur le théâtre européen.

Le M3 a également vu une utilisation limitée avec les troupes américaines dans le Pacifique. Le 193e bataillon de chars était équipé du M3 lors de l'invasion de l'atoll de Makin à la fin de 1943. Les défenseurs japonais de l'île ne disposaient que d'une poignée de chars légers et d'une puissance de feu antichar limitée, et le M3 pouvait ainsi servir d'infanterie. réservoir de soutien.

À ce stade, le M3 avait déjà été déclaré Limited Standard (1er avril 1943), et il a été officiellement déclaré obsolète en service américain en avril 1944.

Variantes

M3

Le M3 utilisait un blindage roulé, riveté pour former la coque. La tourelle et la coupole ont toutes deux été coulées. Il était propulsé par un moteur radial Wright R975 EC2 refroidi par air, d'une puissance nominale de 340 ch GG ou 400 ch. 4 924 ont été acceptés.

M3A1

Le M3A1 utilisait un blindage moulé pour la partie supérieure de la coque, ainsi que la tourelle et la coupole. La coque inférieure était rivetée. Le M3A1 utilisait le même moteur Wright que le M3. 300 ont été acceptés

M3A2

Le M3A2 a introduit une coque soudée à la place de la coque rivetée du M3. La coque soudée était plus solide et légèrement plus légère que la coque rivetée. Le M3A2 utilisait le moteur Wright Continental, et seulement 12 ont été construits avant que la production ne passe au M3A3 à moteur diesel.

M3A3

Le M3A3 était similaire au M3A2 soudé, mais utilisait deux moteurs diesel General Motors, afin de pallier une pénurie du moteur Wright Continental utilisé dans les versions précédentes. 322 M3A3 ont été construits.

M3A4

Le M3A4 a également été développé afin de pallier une pénurie de moteurs. Il utilisait un moteur Chrysler 30 cylindres produit par cinq moteurs automobiles normaux à six cylindres en étoile. Il utilisait la coque rivetée du M3. Seulement 109 ont été construits avant que le Detroit Tank Arsenal ne passe à la production du Medium Tank M4 (Sherman).

M3A5

Le M3A5 combinait la coque rivetée du M3 avec le moteur diesel GM du M3A3. Il a été produit en plus grand nombre que le M3A3 soudé, avec 591 exemplaires construits au total.

Accorder Mk I

Le Grant Mk I était la désignation du M3 avec la tourelle britannique plus large mais plus basse. Au total, 2 653 M3 ont été livrés en Grande-Bretagne, un mélange de Grant Is et Lee Is.

Longueur de la coque : 222 pouces
Largeur de la coque : 107 pouces
Hauteur : 119 pouces (y compris le périscope de la tourelle)
Équipage : 6 ou 7
Poids : 62 000 lb chargé au combat
Moteur : Wright Continental R975 EC2 9 cylindres refroidi par air
CV : 340 CV à 2 400 tr/min
Vitesse maximale : 21 mph soutenue, 24 mph maximum
Portée maximale : 120 miles de rayon de croisière (routes)
Armement : 75 mm Gun M2 à l'avant droit de la coque ; Canon de 37 mm M5 ou M6 en tourelle ; deux ou trois mitrailleuses de 0,30 pouces, une coaxiale en tourelle, une ou deux en plaque avant de caisse ; Mortier 2in Mk 1 (fumée) en tourelle

Armure


Armure

Devant

Côté

Arrière

Haut/Bas

Tourelle

3.0in

2,0 pouces

2,0 pouces

coque

2,0 pouces

1.5 pouces

1.5 pouces

0.5in

Grant Mk II

Le Grant Mk II était la désignation plutôt confuse donnée au M3A5 en usage britannique. La Grande-Bretagne a reçu 185 de ces chars, qui ont été construits avec la disposition standard des tourelles américaines, mais la plupart ont été modifiés pour abaisser le profil. Dans certains cas, la coupole a été retirée mais le reste de la petite tourelle a été conservé, tandis que dans d'autres, une tourelle Grant standard a pu être installée. Le Grant II était souvent appelé le Lee par les troupes qui l'utilisaient, mais plus tard dans la guerre, la distinction entre les deux types a commencé à s'estomper de toute façon, et en Extrême-Orient les deux types étaient connus sous le nom de char Lee-Grant.

Lee Mk I

Le Lee Mk I était la désignation donnée au M3 standard avec tourelle américaine en usage britannique. La Grande-Bretagne a reçu un total de 2 653 M3, un mélange de Grant Is et de Lee II. Dans l'utilisation britannique, la coupole de la mitrailleuse était souvent retirée et une trappe fendue similaire à celle utilisée sur le Grant I était installée.

Lee Mk II

Le Lee Mk II était la désignation britannique du M3A1, mais aucun n'a été livré.

Lee Mk III

Le Lee Mk III était la désignation britannique du M3A2, mais aucun n'a été livré.

Lee Mk IV

Le Lee Mk IV était une désignation britannique pour le M3A3 avec moteur Continental. Dans le cas où tous les A3 utilisaient des moteurs diesel, aucun Mk IV n'aurait donc pu être livré

Lee Mk V

Le Lee Mk V était la désignation britannique pour le M3A3 avec le moteur diesel. Au total, 49 M3A3 sont allés en Grande-Bretagne.

Lee Mk VI

Le Lee Mk VI était la désignation britannique du M3A4, mais aucun n'est venu en Grande-Bretagne.

M3 CDL

Le M3 Canal Defence Light transportait un projecteur haute puissance à la place du canon de 37 mm. L'idée était d'utiliser la lumière pour soutenir une attaque nocturne. Après les premières expériences basées sur le char d'infanterie britannique Matilda II, le M3 a été choisi pour la production à grande échelle du CDL, car il pouvait transporter la lumière et son canon de 75 mm. Un total de 497 ont été convertis par l'American Locomotive Company, assez pour équiper deux groupes blindés américains et deux brigades de chars britanniques, mais l'équipement était si secret qu'il n'a jamais été utilisé dans son rôle prévu. Quelques-uns ont été utilisés lors de la traversée du Rhin en 1945,

Véhicule de récupération de char M31

Le M31 était un véhicule de récupération de char produit en installant une grue à la place du canon de 37 mm dans la tourelle. Le canon de 75 mm a également été retiré et remplacé par un canon factice. Un deuxième canon factice était installé à l'arrière de la tourelle, et le char était normalement entraîné avec la tourelle tournée vers l'arrière. Au total, 805 exemplaires ont été produits entre octobre 1942 et la fin de la guerre.

Moteur principal M33

Le M33 Prime Move a été produit en retirant l'équipement de récupération et la tourelle de 37 mm du M31, et a été utilisé pour remorquer l'artillerie lourde. 109 ont été produites.

M7 105mm Obusier Motor Carriage 'Priest'

Le M7 « Priest » a été la conversion la plus réussie du M3. Il utilisait le châssis et le groupe motopropulseur du M3, mais avec un nouveau compartiment de combat à toit ouvert qui transportait un obusier de 105 mm. Le Priest a été produit en grand nombre et s'est poursuivi après le remplacement du M3 par le M4 Sherman. Plus tard, les « prêtres » ont utilisé des composants M4 et ont reçu la désignation M7B1.

M9 3 pouces GMC

Le M9 était un chasseur de chars qui transportait un canon de 3 pouces dans un compartiment de combat à toit ouvert. Le Conseil du chasseur de chars n'a pas approuvé la conception, et cela s'est combiné avec une pénurie du canon de 3 pouces choisi pour mettre fin au projet.

Guide d'identification

Coque rivetée

M3/ Lee Mk I/ Grant Mk I (avec tourelle britannique) - écart de bogie normal, niveau de blindage arrière avec le bas des flotteurs
M3A4/ Lee Mk VI (moteur Chrysler) - espace accru entre les bogies
M3A5/ Grant II (moteur diesel GM) - écart de bogie normal, blindage arrière jusqu'au sommet des chenilles

Coque moulée

M3A1/ Lee Mk II

Coque soudée

M3A2 (seulement un petit nombre construit)
M3A3/ Lee Mk V


Pistolet [ modifier le wikicode ]

Tourelle [ modifier le wikicode ]

Radio[modifier la source]

Moteur [ modifier la source ]

Wright R-975EC2 (400 ch)
Chrysler A57 (440 ch)

Pistes [ modifier la source ]

Mises à niveau de-M2 Moyen M3 Lee Mises à niveau dans-T1 Lourd
Sherman M4


Le M3 Lee est un char moyen américain de rang 4.

Ce char était le successeur spirituel du char moyen M2 qui a connu un certain succès. Ce dernier étant annulé en raison de la puissance de feu du Pz.Kpfw.IV allemand. Il a été conçu dans l'optique de vaincre le char. Il semble s'inspirer du B1 ou A1E1 Independent, avec son concept de double canon. Le char a été exporté dans le cadre d'un programme de prêt-bail vers la Grande-Bretagne et les Soviétiques. Il était cependant en proie à des défauts de conception et a été immédiatement retiré avec la percée du M4 Sherman. Mais il serait utilisé dans le dernier M7 Priest avant que l'avènement du châssis du M4 ne soit utilisé à la place.

Malheureusement pour certains joueurs, ce char peut être un peu difficile à jouer, en particulier si vous êtes moins expérimenté avec les chasseurs de chars (et vous ne le serez probablement pas, car les prédécesseurs de M3 Lee avaient TOUS DES TOURELLES). Le canon du M3 Lee n'est pas monté sur une tourelle et en tant que tel, il joue de la même manière qu'un chasseur de chars, avec encore moins de capacités. Cependant, ce n'est pas un tireur d'élite efficace car ses canons sont mis en œuvre avec une précision médiocre. De plus, la tourelle "The Fat Pimple" dépasse sur un petit couvercle et est généralement tirée. Son blindage frontal peut également être facilement pénétré, mettant ainsi le conducteur en danger constant de blessure et entravant considérablement sa capacité de survie dans un combat loyal. Malgré tous ces inconvénients, ce char peut être assez réussi s'il est joué correctement, en particulier si vous avez de l'expérience avec les chasseurs de chars américains T82 et T40. Le M3 Lee fonctionne mieux dans les embuscades rapprochées où la précision et la taille ne sont pas un problème. Le M3 Lee mène au M4 Sherman et au T1 Heavy. Il possède également une mini tourelle au sommet qui le rend encore plus vulnérable aux tirs et augmente son profil.


Bourse M3 "en retard" [modifier | modifier la source]

Char moyen M3
M3 "Grant" (Tardif)
"Subvention générale"
Informations historiques générales
Lieu d'origine Etats-Unis
Catégorie Char moyen
Débuts en FHSW v0.4
La vitesse 42 km/h
Armement principal Canon M3 de 75 mm
Arme coaxiale  2x M1919A4 mg de brunissement
Informations générales sur le jeu
Utilisé par Grande Bretagne
Canada
La France
Équipage dans le jeu 3
Siègeق 1 canon M56 de 37 mm
1x M1919A4 mg de brunissement
Siègeك Commandant Coupole
Siègeل Siège passager
Siègeم Siège passager
Image historique

Le M3 Grant "tard" était un modèle de production ultérieur. C'était le premier modèle mais avec un canon M3 de 75 mm, qui était plus long. C'était le premier modèle mais avec un canon M3 de 75 mm, qui était un dérivé plus long du M2. Le M3 est équipé sur des véhicules américains et britanniques tels que le M4 Sherman, les derniers modèles du M3 Lee et Grants et le Churchill (récupérés des chars du général Sherman dans le théâtre nord-africain). Il avait une longueur de canon de 37,5 calibres (3 mètres) et une vitesse initiale de 619 m/s avec l'obus M72 AP et de 617 m/s avec l'obus M61 APC.


Les chars américains M3 Grant et Lee à Koursk

Le char moyen américain M3 Grant ou Lee était désespérément obsolète en 1943, mais cela ne l'a pas empêché de participer au plus grand engagement char sur char de l'histoire, la bataille de Koursk en Russie. Vous pouvez lire l'histoire de la bataille ici, mais le BLUF est que les chars M3 Grant de prêt-bail équipaient plusieurs unités russes à la mi-1943. Même s'ils étaient une génération derrière les chars de premier plan sur le champ de bataille, notamment le T-34 russe et le Panther allemand, ils ont été mis en service par les Soviétiques pour combler l'écart jusqu'à ce que la production de T-34 les remplace à froid. Pendant Koursk, M3 Grants a affronté des unités SS nazies vétérans. Comme on pouvait s'y attendre, les pertes étaient élevées, le soldat russe moyen le détestait, mais malgré ses défauts, le M3 Grant a rendu un service décent sur l'un des champs de bataille les plus difficiles jamais vus.

Cette image très stylisée d'un char M3 Grant/Lee Medium est ce que la plupart des Américains ont vu du char en 1941, photos publicitaires. Le M3 était un compromis de théories concurrentes sur ce qu'un char devrait être et ce qu'il devrait faire. En fin de compte, il a rendu de bons services aux États-Unis et à leurs alliés, même si ce n'était pas le char que l'un d'eux voulait. Photo d'archives américaines 196276

Le char M3 Grant/Lee était un stop-gap. Un char facile à produire qui devait équiper les blindés américains jusqu'à l'arrivée du char M4 Sherman. Il est venu en deux variantes, le Lee, du nom du général confédéré Robert E. Lee, était celui qui a équipé les forces blindées américaines pour la première partie de la guerre. La variante Grant nommée d'après le général de l'Union Ulysses S. Grant a été construite selon les spécifications britanniques et avait une tourelle à dôme plus grande au-dessus du char, entre autres petits changements. À son arrivée en Afrique du Nord, le M3 était à la hauteur de la plupart des premiers Panzers allemands. Alors que des Panzer IV et des chasseurs de chars comme le Marder arrivaient, les pertes du M3 ont commencé à augmenter et le char a été retiré du service alors que le M4 Sherman arrivait.

Réservoirs M3 Grant/Lee en cours de production à l'usine de réservoirs Chrysler. Ce sont des lignes de production comme celle-ci qui ont permis aux États-Unis de produire de grandes quantités de chars pour leurs alliés dans le cadre du programme Lend Lease. Image de www.worldwarphotos.info

Même si le M3 était obsolète, il y avait toujours une ligne de production fonctionnelle pour le char. La Russie avait désespérément besoin de chars alors qu'elle augmentait la production de son propre T-34. 1386 M3’s, principalement des variantes Grant, ont été produits pour la Russie pour les aider à combler le fossé jusqu'à ce que leur propre capacité de production augmente pour répondre à la demande. In what is a testament to the ferocity of the battle of the Atlantic, only 976 of these tanks made it to Russia through Murmansk. The rest were lost to U-boats and prowling aircraft that interdicted the transport ships while they were at sea. The initial Russian reaction to the M3 was lackluster. The hull was riveted and the main gun was side mounted in the fashion of World War I tanks severely restricting the arc of fire. The M3 also required a large crew of six people. This spread the work load to operate the tank, but if the vehicle was hit or worse on fire that was two additional bodies that had to get out through limited hatches.

An M3 Grant medium Tank is loaded aboard a cargo ship in 1942. Many of these tanks would go to the bottom of the Atlantic ocean when their cargo ships were sunk en route to Europe. Photo from www.worldwarphotos.info

With the need for tanks, the M3 went into service immediately and saw significant service around Stalingrad during the Russian winter offensive that trapped the German 6 th Army. The M3’s operated together as homogeneous units and often in the company of M3 Stuart light tanks. Their service during this time was respectable as the majority of the German tanks it encountered were early model Panzer III’s armed with 50mm guns. In one-on-one combat with a Panzer III or early model Panzer IV, the M3 was more than a match. In combat with German tank destroyers or the feared Tiger tank though, it would almost always lose. What’s important to remember is that the life expectancy of tanks during this time was short regardless of what type of vehicle it was. The Russians never tried to retrofit their tanks with upgrades as they understood the tank would likely be destroyed before they could pull it off the battle line to make changes.

M3 Grant/Lee Tanks in service with the Soviet Union. Loathed by Russian tank crews, the M3 was nonetheless praised for its reliability on the Russian front. Image originally from www.theshermantank.com

By July of 1943, the M3 Grant was in service with multiple units that had been staged to counter what the Nazi’s called Operation Citadel to cut off the Kursk Salient. In the six months since the Russian Winter Offensive started, the entire nature of armored warfare had changed. The German’s still fielded some Panzer III’s but their armored forces were being reconfigured with up gunned Panzer IV’s, the Tiger I was fielded in force, the Elefant tank destroyer had arrived and the Panther tank, arguably the best tank of the war, had arrived in mass. The 50mm main gun of the earlier German tanks had been replaced by high velocity 88mm and 75mm guns that could kill any tank on the battlefield. The Battle of Kursk was more than just a battle. It was a campaign that lasted for weeks and one that would usher in the modern era of armored warfare.

Two knocked out M3 Grants in Soviet service. Despite their damage, these tanks would have been quickly recovered by either the Soviets or the Germans and put back into service. Photo originally from www.theshermantank.com

The M3 probably saw extensive service at Kursk but there is only one known engagement that is documented. On July 5, 1943, M3 Grants of the 230 th Separate Tank Regiment engaged elements of the II SS Panzer Corp. Nazi SS units during the war received better rations and material support than the regular Wehrmacht and the II SS panzer Corp was no exception. It had been built with SS veterans and was a hard fighting unit equipped with the best that Germany had to offer. The II SS Panzer Corps spearheaded the 4 th Panzer Army’s attack on the Kursk Salient and the 230 th Separate Tank Regiment was directly in its path. 32 M3 Grants and 7 M3 Stuart light tanks went into action to stop the II SS Panzer Corps. It is likely that all were destroyed. This isn’t a reflection of the M3’s performance as the 52 nd Guards Rifle Division that the 230 th Separate Tank Regiment was attached to at the time was almost entirely over run and destroyed in the opening of the battle.

A knocked out Soviet M3 tank at Kursk. The Soviets built layers of defenses at Kursk designed to blunt the German offensive. They held their best units in reserve for a counter attack. The M3 by 1943 was not particularly useful on the Eastern Front. It was for this reason that many of these tanks found themselves with units stationed as part of the force to blunt the German attack. Losses were heavy and on the wide open plains of Kursk, where super predators like the Tiger I and Elefant tank destroyer reigned supreme, the M3 could not be expected to achieve much. This picture originally came from a book, but was located on www.armchairgeneral.com

After Kursk, the M3 Grant was moved away from the front to other sectors where tanks were still useful but wouldn’t see the type of hyper warfare that was becoming common. In that capacity, the M3 Grant remained in Soviet service until the end of the war. While the M3 Grant may not have been the tank that the Russians wanted, it did exactly what it was designed to do. It bridged the gap until the T-34 could arrive in bulk and assume the fight.


Comparing: M3 Lee vs. M4A3E8 Sherman vs. M46 Patton

A WWII-era U.S. medium tank. The vehicle was named after the Confederate General of the U.S. Civil War, R. Lee. Also, widely recognized under its U.K. designation, M3 Grant, named after the General of the federal troops U. Grant. M3 was created in 1940 on the basis of the M2 tank, and saw mass production from June 1941 through December 1942. A total of 6,258 M3 tanks of various modifications were produced.

Also known as M4А3(76)W HVSS. At the end of August 1944, a new bogie suspension was designed. The vehicle variant was mass-produced and saw battle beginning in late March 1945, with a total of 4542 vehicles of both suspension types manufactured.

Developed in 1948 and 1949, the M46 Patton was a modernized and improved version of the M26 Pershing. A total of 1,168 M46 tanks, in two basic variants, were manufactured between 1949 and 1951. Pattons saw wide use in the Korean War.


Combat Usage [ edit | modifier la source]

Combat experience with the M3 Lee was complicated, but favorable. In Africa, the Lees and Grants in British and American service surprised the German forces when they could withstand the 50 mm KwK 38 L/42 gun and 75 mm KwK 37 L/24 howitzer armament on the Panzer IIIs and Panzer IVs. The M3 Lee proved reliable and adequate in armor protection. The Soviet's experience with the M3 Lee was less favorable, as their T-34 tanks were much better in combat performance. The Soviets euphemistically called it a "grave for six men" and the Lee tanks were relegated to the secondary fronts or repurposed as armored personnel carriers. In the Pacific, the M3 Lees were lent to the Australians and Indians, which proved vastly superior to the Japanese tanks in service. The only American use of the M3 Lee at the Pacific Theater was during the Battle of Makin Island.

The M3 Lee served fine as a stop gap solution for the American tank development. They performed very well on the combat field and proved very reliable. However, once a 75 mm turret was finally designed, the M3 Lee was redesigned to use it, and the resulting tank was the M4 Sherman, which will go on to replace the M3 tanks in the Allies as they are withdrawn from service. Even if it wasn't, the M3 was becoming obsolete due to newer German tanks being deployed, such as the Panther, Tiger I, or improvement of of old chassis like Panzer IV Ausf. G and StuG III Ausf. F. Its obsolescence was a consequence of its own rather unique development and anachronistic design, limiting this medium tank's service life to a mere two years in Allied hands. However it lived on until the end of WW2 in some modifications such as tractor and recovery vehicle. The chassis and running gear were adapted by the Canadians to develop their Ram medium tank.


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase The M3 medium tank design was drawn as an interim solution based on the M2 medium tank platform for use before a better design could be completed. The design was unconventional in many ways.

ww2dbase First, the primary guns were mounted on sponsons located on the right-front slope of the hull. The sponsons were essentially horizontally curved steel plates that rotated left and right, while the in-set gun shields allowed the primary guns to adjust elevation. This unusual mounting resulted in a limited traverse characteristics of the primary guns, and in instances where tanks would need to fire rearwards, such as in retreat, M3 medium tanks could not do so. Unlike their contemporaries, the top turrets of M3 medium tanks carried the secondary weapon, the 37mm guns, instead of the primary weapons. The original design of the top turret also featured machine gun cupolas that could independently rotate this feature was meant to give the tanks means to combat strafing aircraft, though the speed the cupolas rotated was too slow to effectively track fast-moving ground attack aircraft.

ww2dbase Another unconventional characteristic had to do with their high profiles at over three meters, which made it difficult for M3 medium tanks to position themselves in hull defilade defensive position if the primary weapons were needed in hull defilade positions, over half of the tanks would need to be exposed.

ww2dbase An additional unorthodox design of the M3 medium tanks placed the driver high along the center line of the tanks, which deviated from most contemporary tanks where the drivers typically sat off-center and much lower. The higher position gave the M3 medium tank drivers better field of vision, though at the cost of great exposure to fire.

ww2dbase Though the design contained many oddities, some resulting in potential major weaknesses, the M3 medium tank design went into production regardless due to urgent demand.

ww2dbase Across the Atlantic Ocean, the British had already engaged in war, and looked to the United States for production capacity. The Americans refused to retool their factories to produce British tanks, and as a result, the British placed orders for the M3 medium tanks. Some of the British exports had different turrets, which saw the deletion of the machine gun cupolas in order to provide a slightly lower profile. The British Army differentiated the two variants by designating the original design M3 Lee and the modified design M3 Grant this practice was also done by various British Commonwealth forces, though not by the Americans, who continued to designate them collectively as simply M3 medium tanks.

ww2dbase The first M3 medium tanks to see action were fought under the British banner in 1942 in North Africa. Both Americans and British M3 medium tank crews thought of the tanks as reliable machines with adequate armor protection, but the tall silhouette coupled by the low positioning of the primary guns meant that, when dug in as defensive guns, commonly known "hull-down" position, M3 medium tanks enjoyed little protection from sandbags or earth.

ww2dbase Over 1,300 diesel-powered M3 medium tanks of the M3A3 and M3A5 variants were sent to Russia between 1942 and 1943 under the Lend-Lease program. They were all of the cupola-top variant, or what the British would call M3 Lee medium tanks. They were considered inferior by their Russian crews as they were generally out-classed by their German counterparts.

ww2dbase M3 Medium Tank Production, Aug 1941-Dec 1942

FabricantM3M3A1M3A2M3A3M3A4M3A5Le total
American Locomotive Company3853000000685
Baldwin Locomotive Works29501232205911220
Chrysler Detroit Tank Arsenal324300010903352
Pressed Steel Car Company50100000501
Pullman Standard Manufacturing Company50000000500
Le total4924300123221095916258

ww2dbase With the availability of the M4 Sherman medium tanks, the M3 medium tanks were gradually withdrawn from service. Production of the M3 medium tanks ceased in Dec 1942 by that time, 6,258 of them were built. By May 1943, none of them were in service as front line combat tanks in North Africa, and Russian use of them became limited by that time as well. A very small number were used in combat by the Americans in the Pacific and British Commonwealth forces in Burma and India, where M3 medium tanks were still superior to their Japanese counterparts.

ww2dbase Sources: M3 Medium Tank vs. Panzer III, Wikipedia

Dernière révision majeure : août 2008

24 Apr 1941 The first M3 tank constructed at the Detroit Arsenal Tank Plant in Michigan, United States was delivered to the US Army.

M3 (Lee I)

MachinerieWright (Continental) R975 EC2 engine rated at 400hp, Synchromesh 5-speed transmission
SuspensionVertical volute spring
Armement1x75mm M2/M3 gun in sponson (46 rounds), 1x37mm M5/M6 gun in turret (178 rounds), 4x0.30cal Browning M1919A4 machine guns
Armure51mm front, 38mm side, 38mm rear, 13mm hull top, 13mm bottom, 51mm turret front/sides, 22mm turret top
Équipage7
Longueur6.12 m
Largeur2.72 m
Hauteur3.12 m
Poids26.0 t
La vitesse40 km/h
Varier193 km

M3 (Grant I)

MachinerieWright (Continental) R975 EC2 engine rated at 400hp, Synchromesh 5-speed transmission
SuspensionVertical volute spring
Armement1x75mm M2/M3 gun in sponson (46 rounds), 1x37mm M5/M6 gun in turret (178 rounds), 4x0.30cal Browning M1919A4 machine guns
Armure51mm front, 38mm side, 38mm rear, 13mm hull top, 13mm bottom, 51mm turret front/sides, 22mm turret top
Équipage6
Longueur6.12 m
Largeur2.72 m
Hauteur3.12 m
Poids28.0 t
La vitesse40 km/h
Varier177 km

M3A5 (Grant II)

MachinerieTwin GM 6-71 diesel engines
SuspensionVertical volute spring
Armement1x75mm M2/M3 gun in sponson (46 rounds), 1x37mm M5/M6 gun in turret (178 rounds), 4x0.30cal Browning M1919A4 machine guns
Armure51mm front, 38mm side, 38mm rear, 13mm hull top, 13mm bottom, 51mm turret front/sides, 22mm turret top
Équipage7
Longueur6.12 m
Largeur2.72 m
Hauteur3.12 m
Poids27,0 t
La vitesse40 km/h
Varier193 km

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.

Partagez cet article avec vos amis:

Commentaires soumis par les visiteurs

1. Anonyme dit :
25 Jun 2010 08:56:25 AM

The secondary turrets on these tanks are rather odd for a tank in this era. Does anyone have stats on how effective they were?

2. Bill dit :
10 Dec 2010 06:15:00 PM

The M3 was a modified version of the M2 the 37mm in the turret was retained, but a new
75mm gun was mounted in a sponson on the
right side of the hull, the gunner had limited traverse sometimes the tank itself
had to be pointed at the target.

The vehicle had a crew of four and carried
1x37mm M5 cannon in the turret w/ 178 rounds 1x7.62mm machine gun coaxial to the 37mm.
1x7.62 mm machine gun in the upper cupola both turrets could rotate 360 degrees.
Some models carried 2x7.62mm fixed machine guns in hull, total of 9,200 rounds for the machine guns were carried.

The main gun was a 75mm M2 w/ 50 rounds, and had 30 degrees of travrse. The running gear of the M3 Lee became the basis for many other vehicles including the M4 Sherman in modified form.

"SHE'S A GOOD TANK, AND I'M GOIN TO RIDE HER ALL THE WAY TO BERLIN"

The M3 was powered by a Wright-Continental
9-cylinder air-cooled radial engine.
If you get a chance to watch the 1943 Humphrey Bogart movie 'Sahara", you can see this beast in action.

Another version of "Sahara"was made in 1995 with Jim Belushi, and kept much the orginal dialogue of the 1943 Bogart movie, both are
available on DVD.

The nickname "Lee" was never used by US troops, it was the British that named the
two versions Lee/Grant

3. Bill dit :
11 Dec 2010 11:53:25 AM

The M3 Lee/Grant was an interim design and inferior to battle tanks appearing from 1943 ownward.
The M3 was a stop-gap solution until the
arrival of the M4 Sherman, the Lee had its flaws its profile was over 10 feet in height
and had a riveted hull.

First produced in 1940 the first production run was 4,924 vehicles begining in the middle of 1941. A second production of 1,334
vehicles were sent to the British.

The later M3A2 was powered by twin-engine GM
diesel and 334 were built.
The M4 was powered by a Chrysler A-57 Multi- bank engine, combined five engines! it was a mechanic's nightmare.
The M5 was powered by a GM Twin-Diesel engine and 591 were built.

Other versions were the M31 Tank Recovery Vehicle, the M33 Prime mover for Artillery and the M7, 105mm Howitzer Motor Carriage.
Total production of all types was 6,258 vehicles.

Les opérateurs:
URSS
Britain
US Army
And other Allied Nations during WWII

It was the British that named US Tanks after American Civil War Generals.
M3 Lee/Grant, M3/M5 Stuart, and M4 Sherman

Today you can see a M3 Lee/Grant at the
Aberdeen Proving Ground, US Army Ordnance
Museum, Maryland USA

4. Anonyme dit :
5 Aug 2011 12:32:47 AM

The British loved these when they received them in North Africa, as they were twice as fast as any of their own tanks already in service there, and the 75mm gun was the first that could actually penetrate German tank armor. Most British tanks had 2-pounder guns as their main armament. However it wasn't long before they discovered the problem that all American tanks had - thin armor and highly flammable when hit. They also grew to dislike the 75mm being on the side, because they had to aim the entire tank at an enemy, but the gun was too heavy for the Grant's turret.

Tous les commentaires soumis par les visiteurs sont des opinions de ceux qui les soumettent et ne reflètent pas les vues de WW2DB.


Modules

Engines

Suspensions

Radios

Compatible Equipment

Compatible Consumables

Player Opinion

Avantages et inconvénients

  • Incredible DPM value, acceptable aim time
  • Good alpha for its tier
  • Decent hull traverse
  • Surprisingly good at ramming
  • Reasonable mobility
  • Main gun is hull-mounted as a result, cannot go hull-down and vulnerable to tracking
  • Despite the TD-style gun mount, all its gun parameters except for RoF are fairly mediocre even by tier 4 mediums' standard
  • Non-functional turret is a weakspot and hurts its camo rating
  • HP pool is still quite low for its tier, despite its huge size
  • Awful view range despite its tall height

Performance

New players who have heard of this tank may be slightly confused at not finding it on the tech tree. Once the notorious stopping block on the path to the American mediums and heavies, the Lee has been retired to Collector's status and replaced with the much more congruous T6 Medium. Those who want it can pick it up that way, and now that it is no longer required, the Lee can take its proper place as a difficult oddity with potentially high rewards for mastering it. This status change also means that it's much easier to ensure your Lee has a 100% crew before you start using it, which is a big change from how things used to be.

The M3 Lee, generally, is a poor tank, reflecting its design origins as a stopgap measure. The most notable feature is that it is assez tall--the hull alone is as tall as a Panzer III, and it features another turret on top of that (and another turret on that turret!). Compared to the now-tree T6 this height is only marginally higher--but the T6 has a turreted main gun. The Lee does not.

The Lee's 75mm gun is mounted in a hull sponson rather than a turret, which makes it a very difficult machine to control. Poking over hilltops is impossible, as the top turret will be exposed well before the main gun gets into line of sight. Additionally, the gun can only traverse 15 degrees left or right, and any tank that moves beyond that will require turning the hull to track. While the Lee's stock rotational speed of 42 degrees-per-second is definitely above average for tier 4, turning the hull is always awkward and will completely ruin your accuracy.

The Lee's survivability is also questionable. Its hitpoint pool of 480 is outright bad among tier 4 mediums, and while its 51 degrees of frontal armor is absolutely respectable, the armor elsewhere is poor--and it's a very large target. Combined with the awkwardness of firing its gun, and old hands tended to treat the Lee like a free kill. Finally, its concealment and spotting are awful considering how tall it is--320 meters view range is low for tier 4 mediums, and it effectively cannot hide.

So why play the Lee at all if it's so bad? Well, we haven't talked about the gun yet.

Because its gun is mounted in a sponson and the tank is so large, the Lee's crew has a lot of room to move and work in relative comfort. This allows for excellent soft stats on the gun. The starting M2 is no joke, but lacking in dispersion and a bit in penetration. 90mm pen can punch through basically anything at tier 4 in a hypothetical, but the shots get squirrely whenever sloped armor comes into play.

But the Lee's top gun is the M3. The stock gun for the legendary Sherman is, frankly, terrifying here. Its aiming and dispersion values are the same as on the T6 however, that extra crew room allows the M3 Lee (with a 100% crew) to fire twenty shots a minute with a reload of under 3 seconds. This produces a DM unmatched at-tier of almost 2300. This is a number that would make a tier 8 Ferdinand sit up and pay attention. Backing up this DPM is an excellent aiming time of 1.83, allowing the Lee to fire more accurately aimed shots than other tanks at-tier.

The DPM only works if you can get the shells to hit and pen, of course, but with that rate of fire and 92 pen (and a 75 round capacity), the Lee can also far more afford to miss shots. It will, however, miss more than average, because of its relatively large dispersion.

Then there are its other strong points. While it should not remotely be relied on against higher-tier tanks, the Lee's frontal armor is universally 50mm thick or more, which is quite good for its tier (the P26/40, which has a reputation for toughness, has 50). This includes on the upper turrets, though since those are frozen in place, they form a weakspot that can be easily hit. However, the Lee's quite good hull traverse means it can keep that frontal armor towards the enemy better, if at the cost of firing. Its frontal armor also features a lot of sloping, some of it very extreme, which improves the ability to bounce shots. It is also surprisingly mobile for its size, with a top speed of 38kph, and thanks to its bulk and weight this also makes it a very good rammer.

So what does this all boil down to? Make no mistake, the Lee is a very difficult tank to play, thanks to its size and layout. These flaws cannot be ignored and define the tank you always have to consider and compensate for them. It is extremely inflexible, as all of its power is focused into one aspect (DPM). New players should avoid it until they have more experience, especially with non-turreted TDs. But the Lee pouvez produce astonishing damage numbers if allowed to. The usual way to play the Lee is as a short-range TD it lacks the accuracy and stealth to accurately snipe, but close to the frontline with other tanks in front of it, it can pump out rapid-fire damage that can punch through just about anything it sees at 4 or 5.

If actually at tier 4, the Lee can also function well as a second-line tank while still a colossal target, it has just enough armor to bounce some fire, and is especially a potential nightmare for fast, machine-gun mounted light tanks like the Panzer 1C. Fights like that will turn into games of rocket tag, as the Lee is vulnerable to flanking and can be shredded alarmingly quickly through its weak side and rear armor. But its rapid-firing gun can do terrifying damage to lightweight tanks, can be kept on them surprisingly well with the Lee's hull traverse, and with so many shells spitting out, has a higher chance of blowing their tracks off, which is basically a death sentence for light tanks.

The M3 Lee has placed all its focus into a ferocious DPM, in exchange for almost everything else. It is not a flexible tank, and this inflexibility means that most players will find themselves struggling to make use of what advantages it has while fighting the various shortcomings of this low-tier underdog. However, even this under-performer still has teeth, and any player who writes it off as no threat risks receiving a hail of 75mm shells in return.

Early Research

  • The radios can be researched on the tree M2 Medium Tank, so mount the SCR 506 right away.
  • Research the M3 75mm gun.
  • Next research the engine.
  • Finally, research the suspension.

Suggested Equipment


Vents Gun Laying Drive Hardening Grousers Turbocharger Binocs Camo Net Optics Low Noise Exhaust.


Two Superb Tank Histories From The Casemate Stable – Review by Mark Barnes

I spend a bit of time haunting a few tank pages on social media and there are clearly die hards out there who can spot a particular Sherman or T34 because of a one-inch lug welded on a gromit nobody else even noticed. I am deeply impressed by the knowledge and passion of these people. I wish I had even a quarter of it. The thing to do is let them write the ‘go to’ reference books. I don’t have the RP Hunnicutt Sherman bible or quite a few others I probably should have acquired when I was more deeply engrossed in tankology, but there is still hope. It springs eternal.

Along comes this beautiful and brilliant book by David Doyle. I’ve got a few of his other works, but I suspect he will agree, none of the titles I have seen compare to the superb style and presentation of this volume. The publisher has really gone to town and not cut any corners. In it he looks at the development, construction and service of the Medium Tank M3 Lee and Grant. I don’t mind telling you that on aesthetic grounds alone it is a tank I have loved since I built the Airfix kit about a million years ago.

The thing to consider is the process of progression. Without the M2 the M3 would not have advanced and this would have impacted beyond measure on the M4 Sherman. So, while this is a book about the Lee/Grant, the family tree is not ignored. Frank Sinatra will emphasise you can’t have one without the other. The in depth history displayed in this book is immense and the story of American tank development and construction is presented in a most clear and absorbing manner.

There are masses of stunning images and the depth of knowledge wrapped up in the text underlines how strong the overall package is, both as a book and as a history. I am not knowledgeable enough to throw around words such as definitive, but I suspect this is the case.

While the British dimension is of particular interest to me, the book tells the mind-boggling story of how the United States, through Chrysler and other manufacturers created a miracle of industry to build the weapons that effectively saved the world. It wasn’t termed the Arsenal of Democracy on a whim. As an aside you should look at Charles K Hyde’s photographic essay on the broader subject from Wayne State University Press. The place of Chrysler and the M3 in all of this cannot be overlooked.

I’ve only ever seen one running Grant tank – a well-known example on the UK show scene that was rescued from a range. It looks like a sieve, but it is still great to see. The Armourgeddon collection has the country’s only M3 Lee and if we ever get back to something like normal life it is one of the tanks I want to photograph.

Ok, lets not mess about here: wow! Wow! Wow! Wow! Wow! What a stunning book, this one is. I don’t think I have seen a tank book that packs such a punch in a decade of review work. I really hope this sort of style and presentation extends to telling the story of other armoured vehicles. This book is a must have.

Book cover

M3 LEE GRANT
The Design, Production and Service of the M3 Medium Tank, the Foundation of
America’s Tank Industry
By David Doyle
AFV Modeller Publications
ISBN: 978 0 9935646 8 0

It is appropriate to follow this with a history of the M4 Sherman by Michel Estève. After the Lee Grant this may seem like a more conventional package. It certainly feels more modest, but there is a lot to take in and these translations of the immensely stylish works from Editions Heimdal are not to be ignored.

Mr Estève follows the recent pattern of French publications mixing text with archive photography and an impressive set of graphics and tables. Once again we come back to Hunnicutt and books by the above mentioned David Doyle. The Sherman attracts a vehement form of knowledge and detail from it’s adherents and there are often arguments about said detail and much more besides. This is a tank that inspires sometimes heated and passionate discussion.

The author quite correctly concentrates a good deal on the use of the Sherman by the French army and this is all welcome stuff to my eyes. The presentation is first rate and the translation has been done with care. These things cannot be easy. It is one thing to mumble an order for a beer and a sandwich, quite another to talk technical in a foreign language. To be honest most technical talk is, as the old saying goes, Greek to me but I am versed enough to make sense of things here.

Que puis-je dire ? I know a bit and I know what I like. This very smart book by Mr Estève provides a lot of useful information and it is the sort of title I would have loved to have seen when I was a much younger me. Happily it is never too late to learn and this book is a welcome addition to my modest tank book collection. Top marks!

Book cover

SHERMAN
The M4 Tank in World War II
By Michel Estève
Casemate Publishers
ISBN: 978 1 61200 7397


Voir la vidéo: Tanque medio M3 Lee. Grant (Janvier 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos