Nouveau

Kelso PC-1170 - Histoire

Kelso PC-1170 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Kelso

Une ville du comté de Cowlitz, Washington.

(PC-1170 : dp. 295 ; 1. 174' ; b. 23' ; dr. 8' ; s. 20 k. ; cpl. 65 ;
une. 1 3", 1 40 mm., 2 20 mm., 2 rkt., 4 dcp. 2 dct.

Le PC-1170 a été posé par Sullivan Dry Dock & Repair Co., Brooklyn, N.Y., le 3 juillet 1943 ; lancé le 16 octobre ; parrainé par Mme M. McCauley; et commandé le 21 février 1944 ; Le lieutenant Burrill. D. Barker, Jr., aux commandes.

Après le shakedown au large des côtes de Floride, le PO-1170 a été affecté au service d'escorte de convoi entre Guantanamo, Cuba et New York. Faisant écran contre d'éventuelles attaques de sous-marins allemands, le sous-chasseur a effectué 33 fois le voyage New York-Cuba de mai 1943 à juin 1945. Au départ de New York le 18 juin, il s'est rendu dans le Pacifique pour renforcer la force navale dans cette guerre inachevée.

Après un bref séjour à San Diego, le PC-1170 s'est rendu à Pearl Harbor, où il est arrivé fin juillet. Le 2 août elle a quitté Hawaï pour le devoir de patrouille dans les Îles Marshall. Le sous-chasseur vétéran opérait à partir d'Eniwetok à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Transféré à la frontière maritime hawaïenne, le PC-1170 pendant les 10 années suivantes a effectué des patrouilles et signalé des informations météorologiques dans le Pacifique central.

Le 26 février 1955, il est arrivé à San Francisco et a été désarmé le 8 août 1955. Alors qu'il était à quai avec la Pacific Reserve Fleet, il a été nommé Kelso le 15 février 1956. Kelso a été rayé de la Navy List le 1er juillet 1960 et vendu à Ship Supply Corp. le 25 avril 1961 .


L'histoire

J. W. Kelso Company, Inc. a été fondée en 1979 par John Kelso et J. H. Wedemeyer. Son établissement a poursuivi une longue tradition familiale de Kelso d'implication dans l'industrie de la construction dans le comté de Galveston remontant au tournant du 19e siècle. La riche histoire comprend la construction de:

  • Chaussée de Galveston
  • Parties de la digue de Galveston
  • Centre civique Moody
  • First Hutchings Sealy Bank (actuellement Bank of America)
  • Texas Cruise Terminal (une rénovation d'un projet construit à l'origine en 1927 par le grand-père de John Kelso)
  • Rénovation du centre de conférence Open Gates sur le campus de la branche médicale de l'Université du Texas
  • Centre des congrès de San Luis
  • Rénovation du centre de conférence Open Gates sur le campus de la branche médicale de l'Université du Texas
  • Ajouts à la Moody Memorial First United Methodist Church (un projet construit à l'origine en 1969 par le père de John Kelso)
  • Centre de justice du comté de Galveston

L'entreprise possède une quantité importante d'équipements de construction et effectue elle-même une grande partie de ses travaux, notamment la démolition, le battage de pieux, le terrassement, le béton, la menuiserie et les finitions intérieures.

Notre philosophie chez J. W. Kelso est simple : nous commençons et terminons chaque projet en sachant que notre réputation d'excellence est en jeu. Nous nous efforçons de réaliser tous les projets avec un propriétaire satisfait et fier de notre travail. Nous croyons fermement que c'est cette philosophie qui a conduit à notre succès continu.

Pour chaque nouveau projet, J. W. Kelso réunit une équipe de premier plan de professionnels qualifiés, comprenant des artisans de longue date et des membres internes dévoués de l'équipe de développement et de construction. Ces spécialistes connaissent et comprennent les critères de conception, les normes de construction et les matériaux de construction. Leur objectif est de maintenir une communication solide avec le propriétaire et l'architecte pour s'assurer que chaque projet est de la plus haute qualité lorsqu'il est livré à son propriétaire. C'est notre engagement envers notre client qui a construit le nom J. W. Kelso au cours des 39 dernières années.


Section 1170 du Code pénal californien

(a) (1) La Législature constate et déclare que le but de la détermination de la peine est la sécurité publique obtenue par la punition, la réhabilitation et la justice réparatrice. Lorsqu'une peine comprend l'incarcération, cet objectif est mieux servi par des conditions qui sont proportionnées à la gravité de l'infraction avec une disposition pour l'uniformité des peines des délinquants commettant la même infraction dans des circonstances similaires.

(2) La législature constate et déclare en outre que des programmes devraient être disponibles pour les détenus, y compris, mais sans s'y limiter, des programmes d'éducation, de réadaptation et de justice réparatrice qui sont conçus pour promouvoir le changement de comportement et préparer tous les délinquants admissibles à une réintégration réussie dans le communauté. L'Assemblée législative encourage l'élaboration de politiques et de programmes conçus pour éduquer et réadapter tous les délinquants admissibles. Lors de la mise en œuvre de cette section, le Département des services correctionnels et de réadaptation est encouragé à permettre à tous les détenus admissibles de s'inscrire à des programmes qui favorisent un retour réussi dans la communauté. Le Département des services correctionnels et de réadaptation est chargé d'établir un énoncé de mission conforme à ces principes.

(3) Dans tous les cas où la peine prescrite par la loi pour une personne reconnue coupable d'une infraction publique est une peine d'emprisonnement dans la prison d'État ou une peine conformément à la subdivision (h) de toute spécification de trois périodes de temps, le tribunal doit condamner le défendeur à l'une des peines d'emprisonnement spécifiées à moins que la personne condamnée ne reçoive toute autre disposition prévue par la loi, y compris une amende, une prison, une probation ou la suspension de l'imposition ou de l'exécution de la peine ou soit condamnée en vertu de la sous-section (b) de l'article 1168 parce qu'il a commis son crime avant le 1er juillet 1977. En condamnant la personne condamnée, le tribunal applique les règles de détermination de la peine du Conseil judiciaire. Le tribunal, à moins qu'il ne détermine qu'il existe des circonstances atténuantes de la peine prescrite, impose également toute autre peine qu'il est tenu par la loi d'imposer comme peine supplémentaire. Aucune disposition du présent article n'affecte une disposition de la loi qui impose la peine de mort, qui autorise ou restreint l'octroi d'une probation ou la suspension de l'exécution ou de l'imposition de la peine, ou prévoit expressément l'emprisonnement à perpétuité dans la prison d'État, sauf dans les cas prévus au paragraphe (2) de la sous-section (d). Dans tous les cas où le montant du crédit de pré-emprisonnement en vertu de l'article 2900.5 ou de toute autre loi est égal ou supérieur à toute peine infligée en vertu du présent chapitre, à l'exception de la partie restante de la surveillance obligatoire conformément au sous-paragraphe (B) du paragraphe (5) de sous-section h), la peine totale est réputée avoir été purgée, à l'exception du reste de la période de surveillance obligatoire, et le défendeur n'est pas effectivement remis à la garde du secrétaire ou à la garde de l'administrateur correctionnel du comté. Le tribunal avise le défendeur qu'il doit purger une période applicable de libération conditionnelle, de surveillance communautaire postlibératoire ou de surveillance obligatoire, et ordonne au défendeur de se présenter au bureau de libération conditionnelle ou de probation le plus près de sa dernière résidence légale, à moins que les crédits de garde correspondent à la peine totale, y compris la période de détention et la période de libération conditionnelle, de surveillance communautaire postlibératoire ou de surveillance obligatoire. La peine sera considérée comme une peine de prison antérieure distincte ou une peine d'emprisonnement dans une prison de comté en vertu de la subdivision (h) aux fins de l'article 667.5, et une copie du jugement et d'autres documents nécessaires seront transmis au secrétaire.

(b) Lorsqu'un jugement d'emprisonnement doit être prononcé et que la loi précise trois durées possibles, le choix de la durée appropriée relève de la saine discrétion du tribunal. Au moins quatre jours avant l'heure fixée pour le prononcé du jugement, l'une ou l'autre des parties ou la victime, ou la famille de la victime si la victime est décédée, peut présenter une déclaration aggravante ou atténuante. Pour déterminer la durée appropriée, le tribunal peut prendre en considération le dossier de l'affaire, le rapport de l'agent de probation, d'autres rapports, y compris les rapports reçus en vertu de l'article 1203.03, et les déclarations aggravantes ou atténuantes soumises par l'accusation, le défendeur ou la victime, ou la famille de la victime si la victime est décédée, et tout autre élément de preuve présenté lors de l'audience de détermination de la peine. Le tribunal choisit le terme qui, à sa discrétion, sert le mieux les intérêts de la justice. Le tribunal doit inscrire au dossier les raisons pour lesquelles la peine choisie est imposée et le tribunal ne peut pas imposer une peine supérieure en utilisant le fait d'une amélioration sur laquelle la peine est imposée en vertu d'une disposition de la loi. Une peine d'emprisonnement n'est pas spécifiée si l'imposition de la peine est suspendue.

(c) Le tribunal doit indiquer les motifs de son choix de peine dans le dossier au moment du prononcé de la peine. Le tribunal informe également le défendeur que dans le cadre de la peine après l'expiration du terme, il peut être en liberté conditionnelle pour une période prévue à l'article 3000 ou 3000.08 ou en surveillance communautaire postlibératoire pour une période prévue à l'article 3451.

(d) (1) Lorsqu'un accusé soumis à la présente section ou sous-section (b) de la section 1168 a été condamné à être emprisonné dans la prison d'État ou la prison de comté conformément à la sous-section (h) et a été confié à la garde du secrétaire ou l'administrateur correctionnel du comté, le tribunal peut, dans les 120 jours suivant la date de l'incarcération, de sa propre initiative, ou à tout moment sur recommandation du secrétaire ou de la Commission des audiences de libération conditionnelle dans le cas des détenus des prisons d'État, ou du comté administrateur correctionnel dans le cas des détenus des prisons du comté, rappeler la peine et l'engagement précédemment ordonnés et punir le défendeur de la même manière que s'il n'avait pas été condamné auparavant, à condition que la nouvelle peine, le cas échéant, ne soit pas supérieure à la peine initiale phrase. Le tribunal chargé de la détermination de la peine en vertu de la présente sous-section applique les règles de détermination de la peine du Conseil de la magistrature de manière à éliminer la disparité des peines et à promouvoir l'uniformité des peines. Le crédit sera accordé pour le temps passé en service.

(2) (A) (i) Lorsqu'un accusé qui avait moins de 18 ans au moment de la commission de l'infraction pour laquelle il a été condamné à l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle a été incarcéré pendant au moins 15 ans, le défendeur peut présenter au tribunal chargé de la détermination de la peine une demande de rappel et de détermination de la peine.

(ii) Nonobstant la clause (i), le présent paragraphe ne s'applique pas aux accusés condamnés à la réclusion à perpétuité sans libération conditionnelle pour une infraction pour laquelle il a été allégué et prouvé que l'accusé a torturé, comme décrit à l'article 206, sa victime ou la victime était un responsable de la sécurité publique, y compris tout membre du personnel chargé de l'application de la loi mentionné au chapitre 4.5 (à partir de la section 830) du titre 3, ou tout pompier tel que décrit à la section 245.1, ainsi que tout autre officier de tout segment de l'application de la loi qui est employé par le gouvernement fédéral gouvernement, l'État ou l'une de ses subdivisions politiques.

(B) Le défendeur doit déposer la requête originale auprès du tribunal de détermination de la peine. Une copie de la requête est signifiée à l'organisme qui a poursuivi l'affaire. La requête doit inclure la déclaration du défendeur selon laquelle il avait moins de 18 ans au moment du crime et a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, la déclaration du défendeur décrivant ses remords et son travail de réinsertion, et la déclaration du défendeur selon laquelle l'une des affirmations suivantes est vraie :

(i) Le défendeur a été condamné en vertu des dispositions de la loi sur le meurtre ou la complicité de meurtre.

(ii) Le défendeur n'a pas de jugements de crime juvénile pour voies de fait ou autres crimes avec un potentiel important de préjudice personnel pour les victimes avant l'infraction pour laquelle la peine est envisagée pour le rappel.

(iii) L'accusé a commis l'infraction avec au moins un adulte codéfendeur.

(iv) Le défendeur a accompli des actes qui tendent à indiquer une réadaptation ou un potentiel de réadaptation, y compris, mais sans s'y limiter, se prévaloir de programmes de réadaptation, d'éducation ou de formation professionnelle, si ces programmes étaient disponibles à sa classification niveau et de l'installation, en utilisant l'auto-apprentissage pour s'améliorer, ou en montrant des preuves de remords.

(C) Si l'une des informations requises au sous-paragraphe (B) est manquante dans la requête, ou si la preuve de la signification au ministère public n'est pas fournie, le tribunal renvoie la requête au défendeur et avise le défendeur que l'affaire ne peut être considéré sans les informations manquantes.

(D) Une réponse à la requête, le cas échéant, doit être déposée auprès du tribunal dans les 60 jours suivant la date à laquelle l'organe de poursuite a reçu la requête, à moins qu'une prorogation ne soit accordée pour un motif valable.

(E) Si le tribunal constate par une prépondérance de la preuve qu'une ou plusieurs des déclarations spécifiées dans les clauses (i) à (iv), inclus, du sous-paragraphe (B) est vrai, le tribunal doit rappeler la peine et l'engagement précédemment ordonné et tenir une audience pour condamner le défendeur de la même manière que s'il n'avait pas été condamné auparavant, à condition que la nouvelle peine, le cas échéant, ne soit pas supérieure à la peine initiale. Les victimes, ou les membres de la famille de la victime si la victime est décédée, conservent le droit de participer à l'audience.

(F) Les facteurs que le tribunal peut prendre en compte pour déterminer s'il convient de condamner le défendeur à une peine d'emprisonnement avec possibilité de libération conditionnelle comprennent, sans s'y limiter, les suivants :

(i) Le défendeur a été condamné en vertu des dispositions de la loi sur le meurtre ou la complicité de meurtre.

(ii) Le défendeur n'a pas de jugements de crime juvénile pour voies de fait ou autres crimes avec un potentiel important de préjudice personnel pour les victimes avant l'infraction pour laquelle le défendeur a été condamné à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

(iii) L'accusé a commis l'infraction avec au moins un adulte codéfendeur.

(iv) Avant l'infraction pour laquelle le défendeur a été condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, le défendeur n'avait pas suffisamment de soutien ou de surveillance adulte et avait souffert d'un traumatisme psychologique ou physique, ou d'un stress important.

(v) Le défendeur souffre de limitations cognitives dues à une maladie mentale, à des troubles du développement ou à d'autres facteurs qui ne constituaient pas une défense, mais qui ont influencé l'implication du défendeur dans l'infraction.

(vi) Le défendeur a accompli des actes qui tendent à indiquer une réadaptation ou un potentiel de réadaptation, y compris, mais sans s'y limiter, se prévaloir de programmes de réadaptation, d'éducation ou de formation professionnelle, si ces programmes étaient disponibles à sa classification niveau et de l'installation, en utilisant l'auto-apprentissage pour s'améliorer, ou en montrant des preuves de remords.

(vii) Le défendeur a maintenu des liens familiaux ou des liens avec d'autres par la rédaction de lettres, des appels ou des visites, ou a éliminé tout contact avec des personnes en dehors de la prison qui sont actuellement impliquées dans la criminalité.

(viii) Le défendeur n'a fait l'objet d'aucune mesure disciplinaire pour des activités violentes au cours des cinq dernières années au cours desquelles il a été déterminé qu'il était l'agresseur.

(G) Le tribunal a le pouvoir discrétionnaire de punir le défendeur de la même manière que s'il n'avait pas été condamné auparavant, à condition que la nouvelle peine, le cas échéant, ne soit pas supérieure à la peine initiale. Le pouvoir discrétionnaire du tribunal est exercé en tenant compte des critères énoncés au sous-paragraphe (F). Les victimes, ou les membres de la famille de la victime si la victime est décédée, seront informés de l'audience de détermination de la peine et conserveront leurs droits de participer à l'audience.

(H) Si la peine n'est pas rappelée ou si le défendeur est condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, le défendeur peut présenter une autre demande de rappel et de condamnation au tribunal de détermination de la peine lorsque le défendeur a été placé sous la garde du département depuis au moins 20 ans. Si la peine n'est pas rappelée ou si le défendeur est condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle en vertu de cette requête, le défendeur peut déposer une autre requête après avoir purgé 24 ans. La requête finale peut être présentée, et la réponse à cette requête sera déterminée, au cours de la 25e année de la peine du prévenu.

(I) En plus des critères énoncés au sous-paragraphe (F), le tribunal peut prendre en considération tout autre critère qu'il juge pertinent pour sa décision, à condition qu'il les identifie au dossier, fournisse un exposé des motifs de leur adoption, et indique pourquoi le défendeur satisfait ou non aux critères.

(J) La présente sous-section est d'application rétroactive.

(K) Rien dans ce paragraphe n'est destiné à diminuer ou abroger les droits ou recours autrement disponibles pour le défendeur.

(e) (1) Nonobstant toute autre loi et conformément au paragraphe (1) de la sous-section (a), si le secrétaire ou la Commission des audiences de libération conditionnelle ou les deux déterminent qu'un détenu satisfait aux critères énoncés au paragraphe (2), le secrétaire ou la commission peut recommander au tribunal le rappel de la peine du détenu.

(2) Le tribunal a le pouvoir discrétionnaire de faire preuve de ressentiment ou de révocation s'il constate que les faits décrits aux sous-paragraphes (A) et (B) ou aux sous-paragraphes (B) et (C) existent :

(A) Le prisonnier est en phase terminale d'une affection incurable causée par une maladie ou une maladie qui entraînerait la mort dans les six mois, tel que déterminé par un médecin employé par le département.

(B) Les conditions dans lesquelles le prisonnier serait libéré ou bénéficierait d'un traitement ne constituent pas une menace pour la sécurité publique.

(C) Le prisonnier souffre d'une incapacité médicale permanente à cause d'un problème de santé qui le rend incapable de manière permanente d'accomplir les activités de la vie quotidienne de base, et le prisonnier a besoin de soins complets 24 heures sur 24, y compris, mais sans s'y limiter, le coma, état végétatif, mort cérébrale, dépendance au ventilateur, perte de contrôle de la fonction musculaire ou neurologique, et que l'incapacité n'existait pas au moment de la condamnation initiale.

La Commission des audiences de libération conditionnelle doit tirer des conclusions conformément à la présente sous-section avant de faire une recommandation de rancune ou de rappel au tribunal. Cette subdivision ne s'applique pas à un détenu condamné à mort ou à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

(3) Dans les 10 jours suivant la réception d'une recommandation positive du secrétaire ou du conseil, le tribunal tient une audience pour déterminer si la peine du détenu doit être annulée.

(4) Tout médecin employé par le ministère qui détermine qu'un détenu a six mois ou moins à vivre doit aviser le médecin-chef du pronostic. Si le médecin-chef est d'accord avec le pronostic, il en avise le directeur. Dans les 48 heures suivant la réception de la notification, le directeur ou son représentant doit informer le prisonnier des procédures de rappel et de nouvelle condamnation, et doit prendre des dispositions pour que le prisonnier désigne un membre de la famille ou un autre agent extérieur pour être informé de l'état de santé et du pronostic du prisonnier. , et quant aux procédures de rappel et de condamnation. Si le détenu est jugé mentalement inapte, le directeur ou son représentant doit contacter la personne à contacter en cas d'urgence du détenu et fournir les informations décrites au paragraphe (2).

(5) Le directeur ou son représentant doit fournir au détenu et au membre de sa famille, à son agent ou à la personne-ressource en cas d'urgence, comme décrit au paragraphe (4), des informations à jour tout au long du processus de rappel et de détermination de la peine concernant l'état de santé du détenu et l'état de la procédure de rappel et de condamnation du détenu.

(6) Nonobstant toute autre disposition du présent article, le prisonnier ou le membre de sa famille ou son représentant peut demander indépendamment l'examen d'un rappel et d'une nouvelle condamnation en contactant le médecin-chef de la prison ou le secrétaire. Sur réception de la demande, le médecin-chef et le directeur ou son représentant suivent les procédures décrites au paragraphe (4). Si le secrétaire détermine que le détenu satisfait aux critères énoncés au paragraphe (2), le secrétaire ou le conseil peut recommander au tribunal le rappel de la peine du détenu. Le secrétaire soumet une recommandation de libération dans les 30 jours dans le cas des détenus condamnés à des peines de durée déterminée et, dans le cas des détenus condamnés à des peines de durée indéterminée, le secrétaire fait une recommandation à la Commission des audiences de libération conditionnelle à l'égard des détenus qui ont présenté une demande en vertu de cette section. Le conseil examine ces informations et rend un jugement indépendant conformément au paragraphe (2) et fait des conclusions à ce sujet avant de rejeter la demande ou de faire une recommandation au tribunal. Cette mesure est prise lors du prochain conseil d'administration régulièrement constaté.

(7) Toute recommandation de rappel soumise au tribunal par le secrétaire ou la Commission des audiences de libération conditionnelle doit comprendre une ou plusieurs évaluations médicales, un plan postlibératoire et les conclusions visées au paragraphe (2).

(8) Si possible, l'affaire est entendue devant le même juge du tribunal qui a condamné le détenu.

(9) Si le tribunal fait droit à la demande de rappel et de détermination de la peine, le détenu est libéré par le département dans les 48 heures suivant la réception de l'ordonnance du tribunal, à moins qu'un délai plus long ne soit accepté par le détenu. Au moment de la libération, le directeur ou son représentant doit s'assurer que le détenu a chacun des éléments suivants en sa possession : un résumé médical de sortie, des dossiers médicaux complets, une pièce d'identité, des médicaments de libération conditionnelle ou de surveillance communautaire postlibératoire, et tous les biens appartenant au prisonnier. Après la libération, tout dossier supplémentaire doit être envoyé à l'adresse de réexpédition du détenu.

(10) Le secrétaire émet une directive au personnel médical et correctionnel employé par le ministère qui détaille les lignes directrices et les procédures pour lancer une procédure de rappel et de nouvelle condamnation. La directive doit clairement indiquer que tout détenu dont le pronostic vital est de six mois ou moins est éligible pour un rappel et une nouvelle peine, et que les procédures de rappel et de nouvelle peine doivent être initiées sur ce pronostic.

(11) Les dispositions de la présente sous-section sont à la disposition d'un détenu qui est condamné à une prison de comté conformément à la sous-section (h). Aux fins de ces détenus, « secrétaire » ou « directeur » désigne l'administrateur correctionnel du comté et « médecin en chef » désigne un médecin désigné par l'administrateur correctionnel du comté à cette fin.

(f) Nonobstant toute autre disposition de la présente section, aux fins du paragraphe (3) de la sous-section (h), toute allégation selon laquelle un accusé est éligible à la prison d'État en raison d'une condamnation antérieure ou actuelle, d'une augmentation de peine, ou parce qu'il ou elle est tenu de s'inscrire en tant que délinquant sexuel ne peut être renvoyé en vertu de l'article 1385.

(g) Une peine d'emprisonnement d'État pour une durée déterminée pour laquelle une seule peine est spécifiée, est une peine d'emprisonnement d'État en vertu du présent article.

(h) (1) Sauf dans les cas prévus au paragraphe (3), un crime punissable en vertu de la présente sous-section lorsque le terme n'est pas spécifié dans l'infraction sous-jacente est passible d'une peine d'emprisonnement dans une prison de comté pendant 16 mois, ou deux ou trois ans.

(2) Sauf dans les cas prévus au paragraphe (3), un crime punissable en vertu de la présente sous-section est passible d'une peine d'emprisonnement dans une prison de comté pour la durée décrite dans l'infraction sous-jacente.

(3) Nonobstant les paragraphes (1) et (2), lorsque le défendeur (A) a une condamnation antérieure ou actuelle pour un crime grave décrit dans la sous-section (c) de l'article 1192.7 ou une condamnation antérieure ou actuelle pour un crime violent décrit dans la sous-section (c) de la section 667.5, (B) a une condamnation pour crime antérieure dans une autre juridiction pour une infraction qui a tous les éléments d'un crime grave décrit dans la sous-section (c) de la section 1192.7 ou un crime violent décrit dans la sous-section (c ) de l'article 667.5, (C) est tenu de s'inscrire en tant que délinquant sexuel conformément au chapitre 5.5 (à compter de l'article 290) du titre 9 de la partie 1, ou (D) est reconnu coupable d'un crime et, dans le cadre de la peine, une amélioration conformément à l'article 186.11 est imposée, une peine exécutée pour un crime punissable en vertu de cette subdivision doit être purgée dans la prison d'État.

(4) Rien dans la présente sous-section ne doit être interprété comme empêchant d'autres dispositions autorisées par la loi, y compris la déjudiciarisation avant le procès, le report du jugement ou une ordonnance accordant une probation conformément à l'article 1203.1.

(5) (A) À moins que le tribunal ne juge que, dans l'intérêt de la justice, il n'est pas approprié dans un cas particulier, le tribunal, lorsqu'il prononce une peine conformément au paragraphe (1) ou (2), suspend l'exécution d'une dernière partie du mandat pour une période choisie à la discrétion du tribunal.

(B) La partie de la peine d'un défendeur qui est suspendue en vertu du présent paragraphe est connue sous le nom de surveillance obligatoire et, sauf ordonnance contraire du tribunal, commence à la libération de la garde physique ou d'un programme de garde alternatif, selon la dernière éventualité. Pendant la période de surveillance obligatoire, le défendeur est surveillé par l'agent de probation du comté conformément aux modalités, conditions et procédures généralement applicables aux personnes placées en probation, pour la partie restante de la peine non purgée imposée par le tribunal. La période de surveillance est obligatoire et ne peut être interrompue plus tôt que sur décision de justice. Toute procédure visant à révoquer ou à modifier la surveillance obligatoire en vertu du présent alinéa doit être menée conformément aux sous-sections (a) et (b) de l'article 1203.2 ou de l'article 1203.3. Pendant la période où le défendeur est sous cette surveillance, à moins qu'il ne s'agisse d'une détention effective liée à la peine prononcée par le tribunal, le défendeur n'a droit qu'à un crédit de temps effectif sur la peine d'emprisonnement prononcée par le tribunal. Toute période de temps qui est suspendue parce qu'une personne s'est enfuie n'est pas créditée pour la période de surveillance.

(6) Lorsque le tribunal rend un jugement en vertu de la présente sous-section concurrent ou consécutif à un ou plusieurs jugements rendus antérieurement en vertu de la présente sous-section dans un ou plusieurs autres comtés, le tribunal qui rend le deuxième ou un autre jugement subséquent détermine le ou les comtés de l'incarcération et la surveillance du prévenu.

(7) Les changements de peine apportés par la loi qui a ajouté cette sous-section s'appliqueront prospectivement à toute personne condamnée à compter du 1er octobre 2011.

(8) Les changements de peine apportés au paragraphe (5) par la loi qui a ajouté ce paragraphe entreront en vigueur et en vigueur le 1er janvier 2015 et seront appliqués prospectivement à toute personne condamnée à compter du 1er janvier 2015.

(i) Le présent article ne restera en vigueur que jusqu'au 1er janvier 2022, et à compter de cette date est abrogé, à moins qu'une loi postérieure, qui est adoptée avant le 1er janvier 2022, supprime ou prolonge cette date.

(Modifié (tel que modifié par Stats. 2016, Ch. 887, Sec. 5.3) par Stats. 2017, Ch. 287, Sec. 1. (SB 670) En vigueur le 1er janvier 2018. Abrogé le 1er janvier 2022, par ses propres dispositions. Voir la version ultérieure du dispositif, telle que modifiée par la section 2 des Stats. 2017, Ch. 287.)


Années 40

Al Bagley, responsable de la division Fréquence et Temps de HP, avec le HP 524A

Compteur de fréquence rapide

HP invente le fréquencemètre haute vitesse 524A, réduisant considérablement le temps nécessaire pour mesurer les hautes fréquences. Les compteurs de fréquence et les produits associés représenteront des milliards de revenus futurs pour HP.

Photo aérienne de Palo Alto, 1955

Les flèches de Palo Alto

Les années 1950 ont été une période de croissance énorme pour HP et la ville de Palo Alto. La population de la ville a plus que doublé au cours de la décennie, et les vergers qui caractérisaient la ville dans le passé ont été défrichés pour faire place aux autoroutes, aux entreprises et aux écoles. Palo Alto était en passe de devenir le centre de haute technologie qu'il est aujourd'hui.

Bill Hewlett regarde à l'intérieur d'un oscilloscope

Les premiers oscilloscopes de HP

HP produit ses premiers oscilloscopes, qui représenteront une partie importante de la gamme de produits de test et de mesure HP.

HP devient public

HP tient son introduction en bourse le 6 novembre, avec des actions vendues 16 $ (États-Unis). L'introduction en bourse a été émise pour deux raisons : aider à la planification successorale de ses fondateurs et permettre aux employés de participer à l'entreprise.

Les employés reçoivent des actions

Tous les employés à tous les niveaux avec six mois de service reçoivent une attribution d'actions HP et deviennent éligibles à un programme d'options d'achat d'actions.

HP présente les objectifs de l'entreprise

HP présente ses objectifs d'entreprise pour renforcer la prise de décision décentralisée. Couvrant sept catégories : profit, clients, domaines d'intérêt, croissance, personnes, gestion et citoyenneté, les principes permettent de distinguer HP du style de gestion descendant de la plupart des entreprises et servent de base à la méthode HP.

Le nouveau siège social de HP

HP commence la fabrication dans son premier bâtiment du Stanford Research Park à Palo Alto. Le nouveau site est conçu de manière innovante pour maximiser la créativité et le confort des employés.

Groupes de produits autonomes

HP établit une structure de division, chaque groupe de produits devenant une organisation autonome responsable du développement, de la fabrication et de la commercialisation de ses produits.

Les 11 règles simples de Dave

En 1958, Dave Packard a tapé « Simple Rules » en préparation de la convention annuelle de gestion de l'entreprise. Découvertes dans le dossier de correspondance de Dave, ces règles témoignent de sa philosophie de travail et de vie.

Bill (deuxième à gauche) avec Frances Moseley (à droite)

Acquisition de F. L. Moseley Co.

La première acquisition de HP, F. L. Moseley Company, un producteur d'enregistreurs graphiques de haute qualité, jette les bases de l'activité d'impression HP.

HP se mondialise

HP se mondialise en créant une organisation marketing à Genève et une usine de fabrication à Boeblingen, en Allemagne.


Notes de bas de page

1 William C. Harris, « Blanche K. Bruce of Mississippi : assimilationniste conservateur », dans Howard Rabinowitz éd., Les leaders noirs du sud de l'ère de la reconstruction (Urbana : University of Illinois Press, 1982) : 30.

1 William C. Harris, « Blanche K. Bruce of Mississippi : assimilationniste conservateur », dans Howard Rabinowitz éd., Leaders noirs du sud de l'ère de la reconstruction (Urbana : University of Illinois Press, 1982) : 30.

2 Laurent Otis Graham, Le sénateur et la mondaine : la véritable histoire de la première dynastie noire des États-Unis (New York : HarperCollins, 2006) : 11 Grace E. Collins, « Blanche Kelso Bruce », dans Jessie Carney Smith éd., Hommes noirs américains notables (Farmington Hills, MI : Gale Research, Inc., 1999) : 144 (ci-après dénommé NBAM).

2 Laurent Otis Graham, Le sénateur et la mondaine : la véritable histoire de la première dynastie noire des États-Unis (New York : HarperCollins, 2006) : 11 Grace E. Collins, « Blanche Kelso Bruce », dans Jessie Carney Smith éd., Hommes noirs américains notables (Farmington Hills, MI : Gale Research, Inc., 1999) : 144 (ci-après dénommé NBAM).

3 La situation familiale de Bruce était compliquée. His half siblings through his mother and Lemuel Bruce included Sandy, Calvin, James, and Henry and a half sister whose name is not known. His full siblings through his mother and Pettis Perkinson included Howard, Edward, Robert, Eliza, and Mary. See Graham, The Senator and the Socialite: 10–11, 16–17.

4 Collins, “Blanche Kelso Bruce,” NBAM: 144.

6 William C. Harris, “Bruce, Blanche Kelso,” American National Biography 3 (New York: Oxford University Press, 1999): 779–780 (hereinafter referred to as ANB).

7 Eric Foner, Freedom’s Lawmakers: A Directory of Black Officeholders During Reconstruction (New York: Oxford University Press, 1993): 29.

8 Collins, “Blanche Kelso Bruce,” NBAM:145.

9 Harris, “Blanche K. Bruce of Mississippi: Conservative Assimilationist”: 11–12.

11 Graham, The Senator and the Socialite: 68–70, 76 quoted in Harris, “Blanche K. Bruce of Mississippi: Conservative Assimilationist”: 20.

12 Pinchback had recently been elected an At–Large Representative from Louisiana, and while his election was being contested, he was elected by the state legislature to fill a vacant U.S. Senate seat. His selection for the Senate seat also was contested. He was rejected by both houses on charges of bribery and corruption. See Eric R. Jackson, “Pinchback, P. B. S.,” ANB 17: 527–529.

13 Record du Congrès, Senate, 44th Cong., 1st sess. (31 March 1876): 2101–2105 Graham, The Senator and the Socialite: 80–81.

14 The Navy had long accepted blacks. Predictably, its race record suffered during the Jim Crow decades. Few blacks secured appointments to the Naval Academy at Annapolis, and none matriculated as officers. In the 1880s, black sailors were routinely denied promotions and assigned to perform menial tasks or labor. See David Osher’s essay “Race Relations and War,” Le compagnon d'Oxford de l'histoire militaire américaine (New York: Oxford University Press, 1999): 585.

15 Record du Congrès, Senate, 46th Cong., 3rd sess. (10 February 1881): 1397–1398.

16 See S. 865, 46th Congress, 2nd session.

17 Record du Congrès, Senate, 46th Cong., 2nd sess. (7 April 1880): 2195–2196. Bruce was supporting a bill selling federal lands to the Ute Indians in Colorado (S. 1509), which passed and was approved by President Rutherford B. Hayes in the 46th Congress (1879–1881).

18 Harris, “Blanche K. Bruce of Mississippi: Conservative Assimilationist”: 22.

19 Samuel L. Shapiro, “Bruce, Blanche Kelso,” Dictionary of American Negro Biography (New York: Norton, 1982): 74–76 (hereinafter referred to as DANB).

20 Harris, “Blanche K. Bruce of Mississippi: Conservative Assimilationist”: 27, 33. See also Thomas C. Holt, Black Over White:Negro Political Leadership in South Carolina During Reconstruction (Urbana: University of Illinois Press, 1977).

21 Graham, The Senator and the Socialite: 116.

22 Harris, “Blanche K. Bruce of Mississippi: Conservative Assimilationist”: 19.

23 Shapiro, “Bruce, Blanche Kelso,” DANB.

24 Foner, Freedom’s Lawmakers: 30. Bruce’s family continued his legacy of public service and focus on education. Josephine Bruce was the principal of the Tuskegee Institute and was active in the National Federation of Colored Women’s Clubs. Bruce’s son, Roscoe Conkling Bruce, and his grandson, Roscoe Bruce, Jr., graduated with honors from Harvard University. The latter was embroiled in controversy when Harvard’s president refused to admit him into the dormitories in 1923.


Attractions

Challenge Course

Kelso&rsquos Challenge Course is comprised of two main attractions. The Escarpment Walk is an aerial ropes course that will challenge you to test your balance and traverse climbing elements.The Vultures View Climbing Tower provides you with three unique climbing opportunities that will take you more than 45&rsquo in the air. Age, height, and weight restrictions do apply but vary for each feature. Note: the Challenge Course can now be booked for Saturdays and Sundays, 10am-5pm starting June 19 by adding them to your Kelso visit reservation here .

Kelso Mountain Bike School

Kelso is excited to introduce its new Mountain Bike School.

The trails are calling your name. There&rsquos no better time to learn than now.

Kelso&rsquos team of MTB Instructors are here to introduce you to the trails, develop your skills, boost your confidence, guide you on epic rides, and help you become the rider you want to be!

Reservoir

Kelso boasts a variety of activities any time of the year, and the reservoir hosts a multitude of them. You can swim, canoe, or try your hand at stand-up paddle boarding during the warmer months of the year. For those who prefer to stay dry, enjoy a peaceful walk on the board walk around the reservoir. Note: Kelso Beach is open by reservation only. Book under Kelso Main Entrance. Cost to add beach access is $6 per person. Visit duration times may be extended depending on capacity.


GAMEFOWL , MR. SWEATER , 20K KELSO , ROOSTERS , HENS

BRUCE BARNETT LINES , MR. SWEATER PURES AND 20K KELSO PURES. 6 MONTHS OLD , AVAILABLE NOW .
ROOSTERS. $250 , HENS. $150
PAIRS. $350 , TRIOS. $500
PRICES ARE PLUS SHIPPING , CALL FOR SHIPPING QUOTE , FOR BREEDING PURPOSES ONLY.
, LAND LINE , OFFICE
CELL , TEXT

Email Poster

GAMEFOWL , MR. SWEATER , 20K KELSO , ROOSTERS , HENS

BRUCE BARNETT LINES , MR. SWEATER PURES AND 20K KELSO PURES. 6 MONTHS OLD , AVAILABLE NOW . ROOSTERS. $250 , HENS. $150PAIRS. $350 , TRIOS. $500 PRICES ARE PLUS SHI .

Gamefowl sweater good blood line - $120

1 year gamefowl roster sweater. $120 .

Gamefowl - Cardinal club Kelso (rockfish area)

Looking for some good Cardinal Club Kelso's, I got em, I've got 2 pairs available , 2 year old cock & hen, beautiful birds, 225.00 a pair. michael .

Gamefowl sweater golden monkey sweater - $100 (Sanford)

Golden monkey sweater 2 years old I’ll deliver for an additional fee or 20 dollars .

Miner Blue Gamefowl & Kelso Gamefowl - $15 (ELGIN)

I have Juvenile miner blue chicks available and some Juvenile Kelso. Miner blue are $20 each. Kelso are $15 each. Parents pictured. Will send pics of Kelso Rooster. Text if interested. Pickup in Elgin .

Gamefowl McClean Hatch, & Kelso - $100 (Southeast Gridley)

Pure bred gamefowl stags from the following varieties: McClean Hatch (Pérez), Kelso (Ellard). A few extra broodcocks, and hens, also. Quantities negotiable.Hablo español también. .

Gamefowl: Kelso - $125 (Southeast Gridley)

Pure bred gamefowl from YL Kelso (Ellard). A few extra broodcocks, and hens on my ranch southeast of Gridley. Quantities negotiable.Hablo español también. .

Gamefowl Pure Sweater Stags, Roosters, hens, and pullets

Pure Gene Batia Golden monkey SweatersThe rooster in the first couple pictures is the father to the Pure Gene Batia Golden Monkey Sweater Stags I have available ( The father is not for sale!) All different ages. I also have some hens, Pullets and other young Roosters, all are gamefowl and all of .


New California Penal Code 1170.18 (aka Prop 47) makes many theft and drug crimes misdemeanors in California

California recently voted in favor of Prop 47, a law designed to reduce the charges to misdemeanors for certain nonviolent drug and property crimes including theft. Those in favor of the law state that it will help reduce the high number of inmates in jail and state prison and also help avoid a felony record for those who commit simple drug possession and minor theft crimes. This law applies retroactively and is available for anyone with a prior conviction for these offenses to have them made misdemeanors. It does not reinstate firearm rights for those have their charges reduced under this section. There are other sections, which can apply in some cases, which also provide for reduction to a misdemeanor and do return firearm rights.

Misdemeanors instead of felonies

Under previous law, the drug and property crimes that were covered by Prop 47 – (now California Penal Code (PC) 1170.18) were felonies. There are a few limited exceptions where the charges may still be felonies and a complete review of the entire law will provide the details.

A felony conviction in California carries the possibility of incarceration in local jail for up to a year or a much longer state prison sentence. Crimes falling under this law will now be charged as misdemeanors and prior convictions can be changed to misdemeanors. This would make county jail time up to 6 months or a year (depending on the charge) the maximum sentence available instead of state prison, informal probation instead of formal, and a misdemeanor fine or a mix of all three penalties.

More on P.C. 1170.18 (aka Prop 47)

PC 1170.18 prevents felonies from even being charged for certain drug and property crimes such as low-level nonviolent personal use drug possession and theft crimes where the taking does not exceed $950 in value. This applies no matter how many prior theft offenses an individual may have. It is important to note that there are a few exceptions for people with certain very serious “strike” convictions or PC 290(c) serious registerable sex offenses that may still receive a felony charge for these crimes and are not covered by this law. Generally, the new law includes:

  • Misdemeanor charges for any theft valued at $950 or less regardless of theft priors, including shoplifting, receiving stolen property, writing bad checks, check forgery, and some other theft related offenses.
  • Misdemeanor charges for drug possession for personal use of most illegal drugs and including cocaine and heroin (which were non-reducible felonies up to this time) hashish and methamphetamine.

The Attorney General’s office estimated in the proposition that the law would impact about 40,000 individuals accused of these types of crimes annually in addition to those already sentenced. The passage of this law would also allow individuals currently serving time or any sentence for qualifying offenses to have their charges made misdemeanors and be resentenced.

Prior convictions for the enumerated charges can also be changed to misdemeanors for those who have already completed their sentence. There is a deadline for filing for the reduction or resentencing. Petitions or applications for reduction or resentencing must be filed within 3 years of November 5, 2014 or there must be “good cause” as to why it was not done in order to benefit from this law. This allows individuals to have their criminal record changed to reflect a misdemeanor conviction instead of a felony. This helps greatly with such things as employability.

A Court does have some discretion to not change the charge to a misdemeanor and resentence where a defendant is still serving a sentence and it appears likely he or she will commit a new violent felony and finds an “unreasonable public safety risk” exists.

The law is estimated to result in the potential release of 10,000 individuals in the state of California who were charged as felons for nonviolent crimes. The law requires those currently serving time for these crimes receive a misdemeanor and be resentenced in most cases, thereby resulting in their release from custody unless there is something else holding them in custody.

In addition to giving these individuals an opportunity to restart their lives by no longer having a felony record, the law will likely also translate to a savings to the state in the “high hundreds of millions of dollars annually,” according to the official voter information guide.

Legal counsel can help

Whether currently serving time for a qualifying crime, recently charged or having completed a sentence for an eligible offense, it is wise for those who are charged or have been convicted of these drug and theft related crimes to seek the counsel of an experienced criminal defense lawyers near me to understand the law, qualifications and the filing requirements to accomplish the reduction. This law is retroactive but is not automatically applied, it only will happen for those who file the appropriate paperwork and follow the legal procedures which the Courts are developing at this time to get the misdemeanor.


KELSO Collies

Our Foundation -- The Girls

CH Pickwick Christmas Morning CDX, PT, VX, ROM-P "Banana"
(Asgard Absolutely x Pickwick Crystal of Left Bank)

Dam of: Ch Kelso's Rapid Pulse HSAs CDX VX (sire: Ch Foxbride McLaughlin ROM)
Kelso's Good Grief HS, pointed (sire: Ch Tartanside Wayside Wager)

CH Hawkeire Kelso's Custum Jeans CD "Marble"
(Ch Starr's Tailor-Made ROM x Ch Starr's Denim and Diamonds)

Dam of: near Ch Kelso's Fashion Statement (Sire: Ch Sealore's Grand Applause ROM)
Ch Fleetwood Powder Blue Kelso
Daydream-Kelso Pocket Change NA, HT, CGC

near Ch Kelso's Fashion Statement
12 pts, one major, "Blueberry"
(Ch Sealore's Grand Applause x
Ch Hawkeire Kelso's Custum Jeans CD)


Dam of: Ch Signet-Kelso's Comedy Central (sire: Ch Barksdale Beneficiary ROM)
Ch Signet's Double Stuff Best Puppy CCA 2004 (sire: Ch Signet's Twice As Nice ROM)
Ch Signet's Dream Weaver CGC, HIC (sire: Ch Barksdale Beneficiary ROM)
Ch Kelso's Dollie of Woodwynd CD (sire: Ch Signet's Twice As Nice ROM)
Kelso's Brody for Fido's RA Fido's For Freedom Service Dog (sire: Ch Signet's Twice As Nice ROM)

Kelso's Dancin' With Joy HXAs "Cavy"
(Ch Millknock Walkin' On Coals HT, ROM-P x Kelso's Good Grief HS)

#1 Herding Collie 2004, numerous High In Trial
Dam of: BIS, BISS GCh Kelso's Moon Dancin' HSAs RE VA ROM-P
Ch Kelso's Jumpin the Moon HXAs HSBs RE VX


CH Kelso's Heart Throb (shown in center) "Surge"

Kelso's Good Grief HS, ptd.
(Ch Tartanside Wayside Wager x
Ch Pickwick's Christmas Morning CDX PT ROM-P)

Our History and Foundation. The Boys

CH Kelso's Rapid Pulse HXAs, CD, VX "Doc"
(Ch Foxbride McLaughlin ROM x Ch Kelso's Christmas Morning CDX,PT,VX, ROM-P)

Sire of: Ch Kelso-Sunbriar's Heart Throb CD, CGC (dam: Ch Sunbriar Swing CD,HS,HIAd,HIBd,NA,NAJ)
Ch Kelso's Staccato HSAs, OAP, NJP (dam: Ch. Sunbriar Swingtime PT)


Author: Paul Wallin

Paul Wallin is one of the most highly respected attorneys in Southern California. His vast experience, zealous advocacy for his clients and extensive knowledge of many areas of the law make Mr. Wallin a premiere Southern California attorney. Mr. Wallin founded Wallin & Klarich in 1981. As the senior partner of Wallin & Klarich, Mr. Wallin has been successfully representing clients for more than 30 years. Clients come to him for help in matters involving assault and battery, drug crimes, juvenile crimes, theft, manslaughter, sex offenses, murder, violent crimes, misdemeanors and felonies. Mr. Wallin also helps clients with family law matters such as divorce and child custody. View all posts by Paul Wallin


Voir la vidéo: Computer History: DEC PDP-11 CPUs and Architecture (Septembre 2022).


Commentaires:

  1. Dukasa

    Je suis désolé de vous interrompre.

  2. Arataur

    Je pense que c'est l'idée magnifique

  3. Akigis

    La réponse autoritaire, bizarrement ...

  4. Dierck

    Je m'excuse, mais, à mon avis, vous n'avez pas raison. je suis assuré. Je peux le prouver. Ecrivez moi en MP, on discutera.



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos