Intéressant

Biographie d'Ivan le Terrible, premier tsar de Russie

Biographie d'Ivan le Terrible, premier tsar de Russie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ivan le Terrible, né Ivan IV Vasilyevich (25 août 1530 - 28 mars 1584), était le Grand Prince de Moscou et le premier tsar de la Russie. Sous son règne, la Russie, transformée en un groupe d'états médiévaux individuels peu connectés, est devenue un empire moderne. Le mot russe traduit par "terrible" en son nom porte une connotation positive d'admirable et de formidable, pas de mal ni d'effrayant.

Faits saillants: Ivan le Terrible

  • Nom complet: Ivan IV Vasilyevich
  • Occupation: Tsar de Russie
  • Née: 25 août 1530 à Kolomenskoïe, Grand Duché de Moscou
  • Décédés: 28 mars 1584 à Moscou, Russie
  • Parents: Vasili III, grand prince de Moscou et Elena Glinskaya
  • Les conjoints: Anastasia Romanovna (m. 1547-1560), Maria Temryukovna (m. 1561-1569), Marfa Sobakina (m. Octobre-novembre 1571), Anna Koltovskaya (m. 1572, envoyée au monastère).
  • Les enfants: 3 filles et 4 fils. Seuls deux ont survécu jusqu'à l'âge adulte: le tsarévitch Ivan Ivanovich (1554-1581) et le tsar Feodor I (1557-1598).
  • accomplissements majeurs: Ivan IV, alias "Ivan le Terrible", a été le premier tsar de la Russie unie, auparavant un assortiment de duchés. Il élargit les frontières russes et réforma son gouvernement, mais posa également les bases d'un gouvernement absolu qui finirait par faire tomber la monarchie russe, des siècles plus tard.

Jeunesse

Ivan était le fils aîné de Vasili III, grand prince de Moscou, et de sa deuxième épouse Elena Glinskaya, une femme noble du Grand-Duché de Lituanie. Seules les premières années de sa vie ressemblaient à la normale. Quand Ivan n'avait que 3 ans, son père est décédé des suites d'un abcès à la jambe qui a provoqué une intoxication par le sang. Ivan a été nommé le Grand Prince de Moscou et sa mère Elena était sa régente. La régence d’Elena n’a duré que cinq ans avant sa mort, probablement dans le cadre d’un assassinat empoisonné, laissant le royaume aux mains de familles nobles en conflit et laissant seuls Ivan et son frère Yuri.

Les luttes auxquelles Ivan et Yuri ont été confrontés ne sont pas bien documentées, mais ce qui est certain, c’est qu’Ivan avait très peu de pouvoir pour grandir. Au lieu de cela, la politique était gérée par les nobles boyards. À seize ans, Ivan est couronné à la cathédrale de la Dormition, le premier souverain à être couronné comme «tsar de toutes les Russies» plutôt que comme un grand prince. Il a affirmé que ses ancêtres remontaient à Kievan Rus, un ancien royaume russe qui était tombé aux mains des Mongols, et son grand-père, Ivan III, avait consolidé de nombreux territoires russes sous le contrôle de Moscou.

Expansions et Réformes

Deux semaines seulement après son couronnement, Ivan épouse Anastasia Romanova, la première femme à porter officiellement le titre de tsarine et membre de la famille Romanov, qui accédera au pouvoir après la mort de la dynastie Rurik d’Ivan. Le couple aurait ensuite trois filles et trois fils, dont Feodor I, son successeur éventuel.

Presque immédiatement, Ivan a été confronté à une crise majeure lorsque le grand incendie de 1547 a balayé Moscou, dévastant de vastes portions de la ville et laissant des milliers de morts ou des sans-abri. Les parents d’Ivan, les parents de Glinski, sont blâmés et leur pouvoir est pratiquement détruit. Mis à part ce désastre, Ivan a connu un règne relativement paisible au début de son règne, lui laissant le temps de procéder à des réformes majeures. Il a mis à jour le code juridique, créé un parlement et un conseil de nobles, introduit l'autonomie locale dans les zones rurales, créé une armée permanente et établi l'utilisation de la presse à imprimer, le tout dans les premières années de son règne.

La cathédrale Saint-Basile à Moscou est l'une des images emblématiques de la Russie à ce jour. Images WorldWide / Getty Images

Ivan a également ouvert la Russie à un certain volume de commerce international. Il a autorisé la English Muscovy Company à entrer et à commercer avec son pays et a même écrit une correspondance avec la reine Elizabeth I. Plus près de chez lui, il a profité des sentiments pro-russes de la ville voisine de Kazan pour conquérir ses voisins tatars, menant à l'annexion du toute la région de la Moyenne Volga. Pour commémorer sa conquête, Ivan fit construire plusieurs églises, dont la célèbre cathédrale Saint-Basile, désormais emblématique de la Place Rouge de Moscou. Contrairement à la légende, il n'a pas forcé l'architecte à être aveuglé après avoir terminé la cathédrale; L'architecte Postnik Yakovlev a ensuite conçu plusieurs autres églises. Le règne d'Ivan a également vu l'exploration et l'expansion de la Russie dans la région septentrionale de la Sibérie.

Agitation accrue

Les années 1560 ont provoqué des troubles importants tant au niveau national qu'international. Ivan a lancé la guerre de Livonie dans une tentative infructueuse d'accéder aux routes commerciales de la mer Baltique. Dans le même temps, Ivan a subi des pertes personnelles: son épouse Anastasia est décédée dans un empoisonnement présumé et l'un de ses plus proches conseillers, le prince Andrei Kurbsky, est devenu un traître et a rendu visite aux Lituaniens, détruisant une région du territoire russe. En 1564, Ivan annonça son intention d'abdiquer à cause de ces trahisons. Incapables de gouverner, les boyards (nobles) le prièrent de revenir, ce qu'il fit, à condition qu'il soit autorisé à devenir un dirigeant absolu.

À son retour, Ivan a créé l’oprichnina, un sous-territoire qui devait allégeance à Ivan et non au gouvernement dans son ensemble. Avec l'aide d'une garde personnelle nouvellement formée, Ivan a commencé à persécuter et à exécuter les boyards qui, selon lui, conspiraient contre lui. Ses gardes, appelés oprichniks, se sont vu attribuer les terres des nobles exécutés et ne devaient en rendre compte à personne; En conséquence, la vie des paysans a beaucoup souffert sous leurs nouveaux seigneurs et leur exode massif a entraîné une hausse des prix des céréales.

Oprichniki d'Ivan ne lui a rapporté que (Tableau de Nikolai Nevrev, vers 1870). Wikimedia Commons

Ivan finit par se remarier, d'abord avec Maria Temryukovna en 1561 jusqu'à sa mort en 1569; ils ont eu un fils, Vasili. À partir de ce moment-là, ses mariages étaient de plus en plus désastreux. Il avait deux autres épouses officiellement mariées dans l'église, ainsi que trois mariages non autorisés ou maîtresses. Durant cette période, il a également déclenché la guerre russo-turque, qui a duré jusqu'à un traité de paix de 1570.

La même année, Ivan réalise l'un des points les plus bas de son règne: le limogeage de Novgorod. Convaincu que les citoyens de Novgorod, qui souffraient d’une épidémie et d’une famine, avaient l’intention de quitter la Lituanie, Ivan ordonna la destruction de la ville et ses citoyens furent capturés, torturés et exécutés sous de fausses accusations de trahison, y compris d’enfants. Cette atrocité serait la dernière position de ses oprichniks; lors de la guerre russo-criméenne de 1571, ils étaient désastreux face à une véritable armée et étaient dissous en un an environ.

Dernières années et héritage

Les conflits entre la Russie et ses voisins de Crimée se sont poursuivis tout au long du règne d'Ivan. En 1572, cependant, ils se sont étendus et l'armée russe a pu mettre fin de manière décisive aux espoirs de la Crimée et de ses patrons, les Ottomans, de s'étendre et de conquérir le territoire russe.

La paranoïa personnelle et l'instabilité d'Ivan ont grandi avec l'âge, menant à une tragédie. En 1581, il a battu sa belle-fille Elena parce qu'il pensait s'être vêtue trop immodestement; elle était peut-être enceinte à ce moment-là. Son fils aîné, le mari d'Elena, Ivan, l'a confronté, frustré par l'ingérence de son père dans la vie de son père (Ivan, l'aîné, avait envoyé les deux précédentes épouses de son fils dans des couvents qui n'avaient pas réussi à produire immédiatement des héritiers). Le père et le fils sont venus se mettre à coups, Ivan accusant son fils de conspiration, et il a frappé son fils avec son sceptre ou sa canne. Le coup a été fatal et le tsarévitch est décédé quelques jours plus tard, sous le chagrin intense de son père.

Peinture de Vyacheslav Schwarz sur Ivan à côté de son fils mort, Ivan, vers 1864. Wikimedia Commons / The York Project

Dans ses dernières années, Ivan était en proie à une faiblesse physique, incapable de bouger à certains moments. Son état de santé s’est détérioré et il est décédé des suites d’un accident cérébrovasculaire le 28 mars 1584. Comme son fils Ivan, qui avait été entraîné à gouverner, était décédé, le trône a été transféré à son deuxième fils, Feodor, qui était un dirigeant impropre et est décédé sans enfants. menant au «Temps des troubles» de la Russie, qui ne se terminera pas avant que Michel Ier de la maison Romanov ait pris le trône en 1613.

Ivan a laissé derrière lui un héritage de réformes systémiques, jetant les bases de l'appareil d'Etat russe pour l'avenir. Son obsession pour le complot et le régime autoritaire laissa cependant un héritage de pouvoir absolu impérial et d'autocratie, qui, des siècles plus tard, rudaient la population russe jusqu'à la révolution.

Sources

  • Bobrick, Benson. Ivan le Terrible. Edimbourg: Canongate Books, 1990.
  • Madariaga, Isabel de. Ivan le Terrible. Premier tsar de Russie. New Haven; Londres: Yale University Press, 2005.
  • Payne, Robert et Romanoff, Nikita. Ivan le Terrible. Lanham, Maryland: Cooper Square Press, 2002.


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos